BERGUERAND Charles, Claudius [Pseudonyme dans la Résistance : Parisien]

Par Jean-Sébastien Chorin

Né le 30 septembre 1910 à Lyon (3e arr., Rhône), mort au combat le 31 août 1944 à Pusignan (Isère, Rhône depuis 1967) ; mouleur ; sergent FFI dans le bataillon FTPF Henri-Barbusse.

Charles, Claudius Berguerand était le fils de Frédéric, Marius, Étienne Berguerand et de Baptistine, Honorine Clerc-Girard. Il naquit au domicile de ses parents, 6 chemin Montbrillant prolongé (Lyon, Rhône). La famille Berguerand déménagea ensuite 8 rue Jules-Vallès à Villeurbanne (Rhône). Frédéric Berguerand fut employé et vernisseur, et Honorine, couturière et gantière. Charles devint mouleur.
Appartenant à la classe 1930, Charles Berguerand fut incorporé le 20 octobre 1931 au 134e régiment d’infanterie. Il fut renvoyé dans ses foyers le 6 octobre 1932.
En 1933, il habita 112 rue Masséna (Lyon, 6e arr.). Le 7 juillet 1934, il se maria à Villeurbanne avec Césarine Paturel. Il exerça le métier de mouleur. Sa femme fut piqueuse. En 1936, les époux Berguerand vécurent à Villeurbanne, 42 rue Michel Servet (fait frappant : Baptiste Saroglia, futur responsable du bataillon FTPF Henri Barbusse, demeura à la même adresse à la même période).
Mobilisé en septembre 1939, Charles Berguerand fut affecté au 227e régiment d’infanterie puis au 408e régiment de pionniers, 10e compagnie. Le 7 décembre 1939, il fut rayé des contrôles et classé dans l’affectation spéciale au titre des Fonderies et Forges de Grans (Bouches-du-Rhône). Il fut démobilisé le 25 juin 1940.
Après la tentative d’insurrection qui eut lieu à Villeurbanne (Rhône) du 24 au 26 août 1944, des combattants des Milices patriotiques, encadrés par quelques FTP-MOI du bataillon Carmagnole, se replièrent vers l’est. A Pont-de-Chéruy (Isère), ils rencontrèrent les maquisards d’Aiguebelette-la-Brigoire (Savoie) commandés par le villeurbannais Baptiste Saroglia. Les deux unités constituèrent alors le bataillon Henri Barbusse. Charles Berguerand, alias Charles, fut l’un des hommes de ce bataillon (il n’était pas FTP-MOI. Fut-il un milicien patriotique de Villeurbanne ou un maquisard ? Les sources consultées ne permettent pas de le dire).
Ses services sont homologués à partir du 23 août 1944.
Le 31 août 1944, Charles Berguerand fut tué lors du combat qui eut lieu à Pusignan (Isère, Rhône depuis 1967), entre le bataillon Henri Barbusse, commandé par Baptiste Saroglia, et une unité de plusieurs centaines de soldats allemands.
Charles Berguerand fut homologué sergent FFI. Il fut reconnu « Mort pour la France ». Son nom apparaît sur le monument de la Résistance à Pusignan et sur le monument aux morts 1939-1945 de Villeurbanne (Rhône).


Voir : Pusignan, 31 août 1944

Notice en cours de rédaction.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article208906, notice BERGUERAND Charles, Claudius [Pseudonyme dans la Résistance : Parisien] par Jean-Sébastien Chorin, version mise en ligne le 15 novembre 2018, dernière modification le 28 novembre 2021.

Par Jean-Sébastien Chorin

SOURCES : Arch. Dép. Rhône, 1RP2095, 6M741, 6M691.— AVCC, Caen, AC 21 P 20452 (Nom : Bergurand, nc). — SHD, Vincennes, GR 19 P 69/37, p. 22 ; GR 16 P 50223 (nc). — Claude Collin, 24-26 août 1944, L’Insurrection de Villeurbanne a-t-elle eu lieu ?, 1994.— Mémorial Genweb.— Mémoire des hommes. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément