DEBRAY Régis

Par Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier

Né le 2 septembre 1940 à Paris (XVIe arr.) ; écrivain ; un temps compagnon de route du PCF, proche du pouvoir cubain, militant socialiste à partir de 1974.

Fils de deux avocats parisiens. Sa mère, Janine Alexandre-Debray, fut vice-présidente du conseil de Paris et sénatrice. Après des études à Janson de Sailly puis à Louis-le-Grand, Régis Debray, fut reçu premier à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm en 1960. Il obtint l’agrégation de philosophie en 1965. Un temps compagnon de route du Parti communiste, il refusa le soutien que ce parti apportait à François Mitterrand en 1964-1965. Il partit à Cuba en 1965 et se retrouva dans les maquis boliviens aux côtés de Che Guevarra. Arrêté en 1967, emprisonné à Camiri, il séjourna trois ans en prison.
Après sa libération de décembre 1970, il se rendit au Chili pendant deux ans. Revenu en France en 1973, il adhéra au Parti socialiste en 1974 et fut nommé, en 1981, conseiller à l’Élysée, chargé de mission pour les affaires du Tiers-Monde. Il fut nommé, en 1985, maître de requête au Conseil d’État où il resta jusqu’en 1993. Il obtint un doctorat consacré à la médiologie en 1993 (Paris I), sous le titre Vie et mort de l’image. Une histoire du regard en Occident. En 1996, il fonda les Cahiers de médiologie. En 1999, il devint professeur de philosophie à l’Université Jean-Moulin de Lyon III et, de 2002 à 2004, il présida l’Institut européen en sciences des religions. Il créa en 2005 la revue Médium, transmettre pour innover.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article21703, notice DEBRAY Régis par Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 25 octobre 2008.

Par Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier

ŒUVRE CHOISIE : Révolution dans la Révolution, Maspero, 1967. — La Critique des armes, Le Seuil, 1974. — La Neige brûle, Grasset, 1977 (Prix fémina). — Le Pouvoir intellectuel en France, Ramsay, 1979. — Le Scribe, Grasset, 1980. — La puissance et les rêves, Gallimard, 1984. — Cours de médiologie général, Gallimard, 1991. — Loué soient nos seigneurs, 1995, Gallimard. — L’emprise, Gallimard, 2000. — Sur le pont d’Avignon, Flammarion, 2005. — L’Obsénité démocratique, Flammarion, 2007.

SOURCE : Jean-Pierre Gauchard, Les orphelins du PC, Belfond, 1986. — DIF, op. cit. — Presse.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément