DEFOSSE Gaston, Aimable, Jules

Par Gaston Prache

Né le 19 janvier 1908 à Gouzeaucourt (Nord) ; employé puis directeur à la Société générale des coopératives (1941-1944), docteur en droit, professeur ; directeur général de la BNP ; coopérateur, administrateur de sociétés coopératives.

Son grand-père Aimable, François Colet, receveur des contributions indirectes à Gouzeaucourt, commune du Cambrésis, y avait fondé en 1881 une boulangerie coopérative. Lorsque ses parents vinrent habiter Paris, Defosse fit ses études secondaires aux lycées Montaigne puis Louis-le-Grand ; diplômé HEC en 1928, docteur en Droit en 1942, il était entré en 1929 dans les services de la Banque des coopératives de France (BCF) dont Gaston Lévy* était alors l’administrateur-délégué fondateur. Il se vit bientôt confier les services du contrôle et de la documentation financière nationale et internationale. En 1934, après la chute de la BCF, il fut nommé directeur à la Société centrale des Coopératives, nouvelle banque du Mouvement coopératif de consommation. Un an plus tard, il passait à la direction de la Société de contrôle des coopératives (275 sociétés contrôlées en plus des organismes centraux). Il devint commissaire de surveillance des PUF en 1936, en remplacement de Georges Lebon.
Mobilisé en 1939-1940, il fut, avec Gaston Prache* et Robert Leclarcq*, l’un des trois membres du Comité de réorganisation nommé par le Conseil de la FNCC et du MDG et agréé par le ministre du Travail, à l’automne 1940, chargé d’étudier la transformation centrale du Mouvement coopératif de consommation, dans le cadre de la nouvelle loi sur les sociétés (16 novembre 1940). Le congrès coopératif extraordinaire de décembre ayant approuvé unanimement les conclusions du rapport établi par ce Comité, la « Société générale des coopératives de consommation » (SGCC), complétée par un « Groupement national » (GNCC), à forme syndicale, prirent la place des anciens organismes centraux dissous FNCC et MDG, la BCF demeurant sans changement. Sous la présidence de Prache, Defosse assuma la direction financière de la SGCC (Leclercq étant directeur commercial puis général). Il déploya dans ses importantes fonctions, une intense activité, ajoutant à cette charge principale celles d’administrateur de plusieurs organismes coopératifs : Société centrale des coopératives, Compagnie commerciale d’Algérie, Société normande des corps gras, Saline d’Einville, Caisse de garantie des coopératives, Caisse centrale de Crédit coopératif, Coopérative de répartition et d’échange des produits agricoles (CREPA). De 1942 à 1944, il professa un Cours de coopération à l’École supérieure d’organisation professionnelle, puis enseigna l’économie appliquée au Centre d’études du Service général de contrôle. Conférencier et écrivain, Defosse fit paraître entre 1936 et 1944 plusieurs ouvrages parmi lesquels en 1941 sa thèse de doctorat sur « La place du consommateur dans l’économie dirigée » - voir œuvre ci-dessous. D’avril à juin 1943, il représenta, avec Prache, les organismes centraux dans plusieurs assemblées coopératives régionales d’information.
En 1945, à la suite des graves perturbations survenues dans la SGCC et de leurs conséquences dans la vie même du Mouvement coopératif, Defosse, qui condamnait cette agitation et qui apporta son soutien au président Prache, se démit de ses fonctions coopératives et entra, en qualité de sous-directeur à la Banque nationale pour le commerce et l’industrie (BNCI). Il fit dans cet établissement nationalisé, au cours des trente années qui suivirent (BNCI puis BNP) une brillante carrière accédant au poste de Directeur général. Après son départ de la SGCC, le Comité coopératif national l’avait désigné pour siéger dans son sein afin de continuer de bénéficier de son expérience et de ses connaissances coopératives, mais cette volonté fut mise en échec par l’opposition formelle du nouveau président de la FNCC Marcel Brot*. En 1946 Defosse signa le Manifeste coopératif et adhéra à l’Association des Amis de la Coopération. Après avoir été commissaire aux comptes des Presses Universitaires de France (PUF), il en devint administrateur en 1945, vice-président en 1968, et président du Conseil de surveillance en 1973, succédant à son ami Paul Angoulvent*. G. Defosse est officier de la Légion d’honneur.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article21798, notice DEFOSSE Gaston, Aimable, Jules par Gaston Prache, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 8 novembre 2021.

Par Gaston Prache

ŒUVRE : Les Commissaires de surveillance des Sociétés, PUF, 1936. — L’Organisation du contrôle dans les sociétés coopératives de consommation, PUF, 1939. — La Place du consommateur dans l’économie dirigée, thèse de doctorat, PUF, 1941. — La Réglementation des prix au 1er octobre 1941 (en collaboration avec R. Vaxelaire), PUF, 1941. — La Coopération de consommation. Théorie et technique, préface de Gaston Prache, PUF, 1942. — Le Commerce intérieur, préface de H. Culmann, PUF, 1944. — La Gestion financière des entreprises, PUF, 1952.

SOURCES : Fonds d’archives Jean Gaumont-Gaston Prache. — Archives de la SGC du GNCC, de la BCF. — Bulletin de l’association des amis de la coopération, décembre 1946. — Gaston Prache, Abattre un homme, 1945.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément