ANCIAN Henri, André

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 13 juillet 1917 à Neuville-sur-Ain (Ain), massacré le 11 juillet 1944 à Neuville-sur-Ain (Ain) ; employé ; victime civile.

Henri Ancian était le fils de Célestin Cyrille et de Marie Louise Jacquemot. Il était célibataire et exerçait le métier d’employé.
Le 11 juillet 1944 eut lieu la troisième grande offensive allemande baptisée "Opération Treffenfeld", en français "Champ de Rencontre". Un combat important eut lieu à Neuville-sur-Ain au lieu-dit "Bosseron" entre les maquisards qui étaient au nombre de 130 et la colonne Sud de l’ennemi composée de 2500 soldats allemands des unités de sapeurs, de la feldgendarmerie de Mâcon et Bourg, de Cosaques du régiment n°3 de l’Ostlégion et de miliciens encadrés par Klaus Barbie. Les résistants tinrent l’ennemi en échec évitant l’anéantissement du maquis de l’Ain. Celui-ci se vengea sur la population. Le maire de Neuville Joseph Rynois fut la première victime. Henri Ancian fut assassiné juste après au lieu-dit "Le Port", à 17 heures.
Il a un dossier au SHD Vincennes GR 16 P n°12062 ne portant aucun renseignement.
Son nom figure sur la plaque commémorative 1939-1945 apposée sur la façade du 118, rue Docteur-Hubert, à Neuville-sur-Ain (Ain), intitulée "À la Mémoire de nos martyrs victimes de la barbarie allemande, 11 juillet 1944", suivie d’une liste de 14 noms.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article220055, notice ANCIAN Henri, André par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 3 novembre 2019, dernière modification le 5 janvier 2022.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Wikipédia, Opération Treffenfeld.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément