DEMAY Alphonse

Par Henri-Ferréol Billy

Né le 2 mars 1896 à Cosne-d’Allier (Allier), tué au combat le 25 août 1944 à Montluçon (Allier) ; laitier ; résistant au sein des forces françaises de l’intérieur (FFI).

Fils de Jacques, scieur de long, et de Solange Ronfort, Alphonse Demay était serrurier à Cosne-d’Allier (Allier) au moment de son incorporation à compter du 9 avril 1915 au 1er régiment d’artillerie. Le 3 janvier 1916, il partit aux armées en Orient avant d’être hospitalisé à l’hôpital n°7 de Salonique du 11 juin jusqu’au 26 juillet. Il a été évacué sur la France à l’hôpital bénévole 150 bis de Vallauris (Alpes-Maritimes) du 1er août au 24 novembre 1916. C’est vraisemblablement à l’hôpital qu’il rencontre Marie Joséphine Garcin, qui faisait peut-être office d’infirmière, qu’il a épousé le 9 janvier 1917. Le couple divorcera avant 1921, mais le divorce ne figure ni sur son acte de naissance ni sur celui de sa femme. Après une période de convalescence, il a été de nouveau désigné pour l’armée d’Orient mais évacué du front le 20 janvier 1918. Déclaré inapte à l’armée d’Orient, il est renvoyé sur son corps aux armées le 24 avril 1918 de nouveau dans l’artillerie. Intoxiqué par les gaz, il est évacué le 27 mai 1918. L’évènement lui vaudra la croix de guerre, étoile d’agent : « très bon canonnier, toujours volontaire pour des missions périlleuses. A en particulier assuré la liaison à Verdun sous de fréquents bombardements. Fortement intoxiqué le 25 mai au cours d’un bombardement à gaz, n’en a pas moins continué à assurer son service et ne s’est laissé évacuer que contraint par le major ». Placé en convalescence, il rejoint de nouveau son corps le 28 juillet 1918. A compter du 19 septembre 1919, il est mis à disposition du réseau Paris-Orléans et mobilisé au titre des sections de chemins de fer jusqu’au 19 septembre 1919. Alphonse Demay avait un fils, Ernest, lui-même chauffeur d’automobiles domicilié à Montluçon.

En juillet 1928, il est domicilié à Montluçon (Allier) rue de Bien Assis. C’est peut-être à ce moment-là qu’il était laitier. Il est rappelé à l’activité le 24 août 1939 mais renvoyé dans ses foyers le 9 septembre puis de nouveau rappelé à l’activité le 2 mars 1940.

Il rejoignit la Résistance au sein des Mouvements unis de la Résistance (MUR) et de la compagnie Tardiff le 20 août 1944. Il fit partie des FFI ayant participé à l’opération menée contre les troupes allemandes retranchées dans la caserne Richemont de Montluçon (Allier). Il a été tué le 25 août 1944 à Montluçon (Allier), rue de Bien-Assis, sur la voie publique, dans la rue où il était domicilié.

Il a été déclaré « mort pour la France » et a été homologué FFI.

Son nom figure sur le mémorial de Montluçon (Allier).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article225670, notice DEMAY Alphonse par Henri-Ferréol Billy, version mise en ligne le 10 avril 2020, dernière modification le 16 avril 2021.

Par Henri-Ferréol Billy

SOURCES : SHD Vincennes, 19 P 3-3 MUR de l’Allier. — SHD Vincennes : GR 16 P 173441, dossier Alphonse Demay (nc). — AVCC Caen : AC 21 P 116626, dossier Alphonse Demay (nc). — Mémorial GenWeb. — Fiche de registre matricule (AD Allier en ligne). — État civil (AD Allier en ligne) et Montluçon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément