DOUCHET Hubert

Par Jean-Marie Conraud

Né le 31 janvier 1931 à Bar-le-Duc (Meuse), mort le 30 mars 1995 à Vandœuvre-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle) ; ouvrier professionnel puis conducteur ; militant de la JOC ; syndicaliste CFTC puis CFDT, secrétaire du syndicat CFDT des cheminots de Bar-le-Duc, président de l’UD de la Meuse (1958-1968).

Fils d’un employé de la SNCF, Hubert Douchet naquit dans une famille de sept enfants. Il fréquenta l’école primaire puis le cours complémentaire pendant un an. Le 16 septembre 1946, il fut admis au centre d’apprentissage du dépôt SNCF de Bar-le-Duc (Meuse) où il obtint le CAP d’ajusteur. Dès son entrée au centre, il avait adhéré à la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC).

De 1949 à 1951, date de son départ à l’armée, Hubert Douchet fit ses premiers pas d’ouvrier professionnel. Son service terminé, il fut réintégré au dépôt vapeur de Bar-le-Duc. En 1957, il opta pour une carrière de conducteur. D’abord chauffeur de route, il suivit les cours d’élève mécanicien et en 1962, il fut nommé conducteur, diéséliste et électricien. Il fit valoir ses droits à la retraite le 31 janvier 1981. Il reçut la médaille d’or du travail le 1er septembre 1986.

Hubert Douchet avait rallié les rangs de la CFTC en 1952, à son retour du service militaire. Il prit très vite des responsabilités et devint responsable CFTC de la filière route en 1956. L’année suivante, il fut désigné comme représentant syndical au comité mixte d’établissement du dépôt de Bar-le-Duc. Après le congrès extraordinaire de 1964, il fut le premier président CFDT du syndicat des cheminots de Bar-le-Duc. Après la suppression de l’atelier du dépôt, il devint secrétaire du syndicat CFDT des cheminots de Bar-le-Duc et défendit vigoureusement la carrière des roulants après la suppression de nombreux dépôts vapeur.

Parallèlement, il s’engagea dans les structures interprofessionnelles du syndicat. En 1957, il fut élu au conseil de l’Union départementale CFDT de la Meuse et au congrès de 1958, il en devint le président et assuma cette responsabilité pendant dix ans. Les grèves de 1968 révélèrent un militant infatigable et un organisateur de grande valeur.

La retraite ne mit pas un terme à l’action militante d’Hubert Douchet. Il resta membre du bureau de l’Union départementale CFDT de la Meuse et fut successivement trésorier, secrétaire adjoint puis président de l’Union départementale des retraités.

Membre du Parti socialiste depuis 1968, il fut élu maire adjoint de la commune de Savonnières-devant-Bar (Meuse). Il fut réélu à ce poste jusqu’à son décès. Il s’engagea également dans le sport. Vice-président puis président du « Vélo-club barisien », il fut commissaire de courses et chronométreur régional. Il assuma également la présidence d’un club de marche. Ces activités sportives lui valurent plusieurs distinctions : médaille de bronze et médaille d’argent de la Fédération française de cyclisme, médaille de bronze « jeunesse et sports » en 1982.

Marié en 1954 avec Claudine Mengin, il était père de quatre enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article22902, notice DOUCHET Hubert par Jean-Marie Conraud, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 7 février 2022.

Par Jean-Marie Conraud

SOURCES : Arch. UD-CFDT de la Meuse. — Contribution de Jean Perée. — Renseignements fournis par la famille du militant.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément