DAVILLERD Eric, Jean-Louis

Par Jean Belin

Né le 10 février 1959 à Chaumont (Haute-Marne), mort le 30 avril 2020 à Dijon (Côte-d’Or) ; cheminot ; syndicaliste CGT et membre de la direction de l’UD de Côte-d’Or et de la Fédération des cheminots ; militant communiste ; élu municipal ; dirigeant sportif

Fils de Roger Paul Henri Davillerd, ouvrier carreleur, et de Georgette Balawejder, employée de la Sécurité sociale, cinquième d’une fratrie de six enfants, Eric Davillerd débuta sa carrière professionnelle comme apprenti au service du matériel SNCF de Chalindrey (Haute-Marne) en 1975, puis à la commande de pièces détachées du matériel roulant. Il était affecté à la fin de son stage comme mécanicien ajusteur aux ateliers SNCF de Saulon-la-Chapelle (Côte-d’Or) en septembre 1977.
Eric Davillerd s’engagea à la CGT en janvier 1978. Elu délégué d’atelier, membre du comité mixte après son incorporation de 1978 à 1979, il devint secrétaire général du syndicat des cheminots de Saulon-la-Chapelle à la fin de 1979. Eric Davillerd s’était engagé dans la mise en œuvre des lois Auroux du 28 octobre 1982 pour mettre en place les Comités d’entreprises(CE) à la SNCF de la Région de Dijon où il en devint le secrétaire de 1998 à 2004.
Il fut secrétaire du Comité social et économique (CSE) SNCF TER de Bourgogne Franche-Comté., secrétaire à l’organisation, puis secrétaire général du Secteur Fédéral des cheminots CGT de la Région de Dijon de 1986 à 1996, et membre de la commission exécutive de la Fédération des cheminots, détaché permanent. Il fut un des principaux animateurs dans sa corporation des grèves de décembre 1986 et janvier 1987 qui durèrent un mois et de novembre - décembre 1995 contre le plan Juppé sur les retraites et la Sécurité sociale.
Parallèlement à son engagement dans son entreprise, Eric Davillerd milita dans les activités interprofessionnelles et fut membre de la commission exécutive et du bureau de l’Union Départementale CGT de Côte-d’Or élu au 49e congrès de janvier 1989 et 50e congrès de juin 1992, puis de la CE du 51e congrès d’octobre 1995 au 53e congrès d’octobre 2001. A la fin de son détachement en 2004, il retourna à la production et fut promu agent de maîtrise. Elu délégué du CHSCT dans son service en 2009, il fut admis à la retraite (Cessation progressive d’activité) en juin 2013. Il continua de militer dans sa section syndicale UFR (Union fédérale des retraités) de Perrigny – Gevrey dont il fut pendant quelques années le secrétaire.
Militant du PCF au début des années 1980, il était membre du comité et du bureau fédéral, puis de la coordination départementale de Côte-d’Or, de la 29e conférence fédérale de décembre 1986 à la 44e conférence de novembre 2018. Eric Davillerd fut conseiller municipal de Chenôve de juin 1995 à mars 2001, élu sur une liste d’Union de la gauche conduite par Roland Carraz. Il était à nouveau candidat aux élections municipales de mars 2014 à Dijon sur une liste présentée par le PCF. Il fut candidat pour son Parti aux élections cantonales de mars 2001 dans le canton de Chenôve (Côte-d’Or) et aux élections départementales pour le Front de Gauche dans le canton de Dijon VI en mars 2015, mais non élu.
Il fut un dirigeant sportif bénévole pendant les six dernières années de sa vie au sein du Rugby club dijonnais (RCD), club affilié à l’Union sportive des cheminots dijonnais (USCD. Eric Davillerd se maria avec Nelly Henriette Rachel Contet, agent SNCF, le 25 mai 1985 à Losne (Côte-d’Or) avec laquelle il eut deux filles, Lucie et Justine, puis divorça. Il était domicilié au 4 rue Colonel Picard à Dijon lors de son décès.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article231876, notice DAVILLERD Eric, Jean-Louis par Jean Belin, version mise en ligne le 11 septembre 2020, dernière modification le 11 septembre 2020.

Par Jean Belin

SOURCES : Arch. IHS CGT Côte-d’Or, fonds de l’UD et du syndicat des cheminots. — Renseignements fournis par le secteur fédéral des cheminots de la Région de Dijon. — Comités fédéraux PCF Côte-d’Or. — Le Bien Public, édition du 2 mai 2020. — Renseignements fournis par Philippe Texier, Alain Renault et Nelly Contet en septembre 2020.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément