DEKONINCK Bertrand

Par Claude Delattre

Né le 9 octobre 1968 à Lille (Nord), mort le 30 octobre 2021 à Lille. Mathématicien, musicien, objecteur, militant anarchiste.

Bertrand Dekoninck avec Annie Amoureux, Anne Turlure et Samuel “Samos” Effray en 2000 à Lille.

Né dans une famille bourgeoise de Bondues où il a grandi. Le père petit patron de métallurgie et ingénieur de formation, la mère tient le foyer, ses frères sont ingénieurs.

Bertrand Dekoninck était un très bon élève mais s’investit peu pour les concours d’entrée en écoles d’ingénieur et suivre ainsi la voie familiale. Il préféra suivre une classe préparatoire au lycée Faidherbe et s’orienta vers les mathématiques. Il passa en 1998 une thèse de mathématiques (Spectre et contrôlabilité de réseaux de poutres sous la direction de Serge Nicaise) à l’université de Valenciennes. Il fut intéressé surtout par les mathématiques appliqués dans ses recherches comme un modèle mathématique de la transmission des vibrations entre les alvéoles d’abeille. Il contribua aussi, jusqu’à ses derniers instants, à des logiciels open source.

Il fut également très bon guitariste et compositeur, dans la veine rock blues et anima longtemps l’émission nocture — musicale et politique — « Six cordes pour les pendre » sur Radio Campus Lille. Il participa comme guitariste du groupe ZPK au 1er festival Art et anarchie de Lille en 1992 puis dans les organisateurs au 3e et dernier en 1994.

Son militantisme dans le mouvement anarchiste a démarré en 1986 lors des luttes contre la réforme Devaquet et la mort de Malik Oussekine. Il est alors entré au groupe Humeurs noires de la Fédération anarchiste à Lille. Il participa de suite à l’émission « Humeurs noires » puis « Humeurs noires-La Voix sans maitre » puis « La Voix sans maitre » sur Radio Campus Lille. Il peupla ses émissions de chroniques d’actualité ou historiques sur les « Vieilles barbes », de lectures de fiction, etc., et participa à de nombreuses « Nuits blanches » sur cette radio.

Il accomplit une objection de conscience à Paris pour le Planning familial, période où il était également quasi permanent au Monde libertaire et membre du groupe Louise-Michel du 18e arrondissement de la Fédération anarchiste. Durant cette période parisienne il intervint aussi sur les ondes de Radio libertaire.

Il a rencontré sa compagne puis épouse Anne Turlure (dite Nanou), militante du groupe Humeurs noires à son retour à Lille en 1994. Ils ont eux deux enfants, une fille en 2006, et un garçon en 2008. Il continua a militer dans les groupes qui ont succédé à ce groupe, soit le Gromélifa (Groupe de la Métropole lilloise de la FA), fusion des groupes Humeurs noires et May-Picqueray, de 2001 à 2004 qui devint alensuite le GDALE (Groupe des anarchistes de Lille et environs) après le départ de la FA du groupe. Il le quitta plus tard tout en restant membre individuel de la FA un certain temps.

De part ses actions militantes et les dizaines articles et éditoriaux qu’il écrivit pour Le Monde libertaire, La Sociale (journal des groupes anarchistes de Lille qu’il créa en 2002) et L’Écho des sans-voix (Lille), ce sont surtout les luttes antipatriarcales et autour des sans-papiers qui l’avaient déjà mobilisé sur Paris. Cette dernière lutte s’est développée spectaculairement sur Lille à partir de mai-juin 1996 avec les premières grèves de la faim pour l’obtention de cartes de séjour de dix ans autour du collectif de sans-papiers CSP 59. Ce fut pour Bertrand Dekoninck toute une lutte dans et à côté de ce collectif et dans la FA avec de nombreuses actions d’occupation, de manifestations. De nombreux articles furent encore écrits pendant cette période.

Parallèlement, il milita à la CNT Éducation Culture (Vignoles) puis à SUD Éducation. Il passa son CAPES de mathématiques en 2004 et débuta au collège Gustave-Nadaud de Wattrelos en 2006. Ce dernier — peu après son décés — dona son nom à l’une de ses salles. Son militantisme s’espaça avec la naissance des enfants mais il fut toujours impliqué professionnellement dans les mouvements de l’Éducation nationale et les grèves, restant libertaire jusqu’au bout.

Il est décédé le 30 octobre 2021 à Lille, d’un cancer du rein, et a été incinéré le 5 novembre suivant. Un hommage lui a été donné le 6 novembre 2021, à la Bourse du travail de Lille, par le Comité des sans papiers (CSP59) et les libertaires qu’il a fréquentés.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article244212, notice DEKONINCK Bertrand par Claude Delattre, version mise en ligne le 12 décembre 2021, dernière modification le 5 décembre 2022.

Par Claude Delattre

Bertrand Dekoninck avec Annie Amoureux, Anne Turlure et Samuel “Samos” Effray en 2000 à Lille.

SOURCE : Souvenirs personnels.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément