BOYER Maurice, Roland, Georges, Lucien

Par Éric Panthou

Né le 23 11 1925 à Capdenac (Lot), mort en action le 25 juillet 1944 à Causse-et-Diège (Aveyron) ; résistant au sein des FTP.

Fils d’Ernest Prosper Boyer, employé de chemin de fer à la Compagnie d’Orléans, né le 21 octobre 1894, et d’Éléonore Yvonne Segons, sans profession, née le 26 décembre 1902, Maurice Boyer était célibataire.
Il rejoignit les FTP au sein de maquis d’Ols, dans l’Aveyron.
Le 24 juillet 1944, lors de l’attaque de la division allemande "Das Reich", par une soixantaine de résistants du deuxième détachement de la 4201ème Compagnie du Maquis FTP d’Ols, huit hommes ont été tués ; le lendemain, au même endroit, sept autres mouraient au combat. Parmi eux, Maurice Boyer, tué à Gelle ce 25 juillet 1944.
Un doute subsiste sur sa date de décès puisqu’il est également cité parmi les tués du 24 juillet à Gelle.

Il a été reconnu Mort pour la France et a reçu la Médaille de la Résistance (JO du 2 février 1968).

Son nom figure sur le monument aux Morts de Capdenac et sur le Monument commémoratif des combats de Gelle, à Causse-et-Diège.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article248051, notice BOYER Maurice, Roland, Georges, Lucien par Éric Panthou, version mise en ligne le 11 mai 2022, dernière modification le 11 mai 2022.

Par Éric Panthou

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 32418, dossier militaire tué (nc). — SHD, Vincennes, GR 16 P 86604, dossier FFI (nc). — Les chroniques du Musée de la Résistance, tome 2, Musée de la Résistance de Cahors, 2005. — "Le souvenir de la Résistance bien vivace. Commémoration à Gelles", La Dépêche.fr. Publié le 27 juillet 2015. — Mémorialgenweb. — État civil Capdenac.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément