BRUNEAU Jacques

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 6 décembre 1922 à Bonny-sur-Loire (Loiret), mort en action le 27 août 1944 à Poilly-lez-Gien (Loiret) ; dessinateur ; résistant des FFC et FFI.

Jacques BRUNEAU
Jacques BRUNEAU
Benoit THIAULT photographie sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0.

Les parents de Jacques Bruneau, Lucien Bruneau et Jeanne Chenuet, étaient bouchers. Fils unique, il fit ses études secondaires à Blois (Loir-et-Cher).
Il faisait partie du mouvement scout des Éclaireurs de France.
Dès décembre 1940 il rejoignit le mouvement France Liberté du Loir-et-Cher.
Très actif (aide au passage de la ligne de démarcation, sabotages, transports d’armes), il fut rapidement recherché par les Allemands et rejoignit la zone libre en 1941. Il s’engagea et fut incorporé dans la 16e Division militaire à Montpellier (Hérault).
Après l’invasion de la zone Sud, il revint à Blois puis, à nouveau recherché, se réfugia au printemps 1943 chez son oncle, charron à Coullons (Loiret).
Après s’être caché quelques temps, il travailla pour la mairie de Coullons.
En janvier 1944, il rencontra le chef des résistants sédentaires de Coullons
qui le chargea de la distribution des cartes d’alimentation.
Il rejoignit par la suite le maquis OCM de Coullons (Loiret), lié au mouvement du Groupe Vengeance. Il était lieutenant à la compagnie Bildstein, où il fut homologué du 1er juin au 27 août 1944.
Après la libération de Gien (Loiret), il fut tué par éclats de grenade lors d’un combat contre un groupe cyclistes allemands en repli sur la route de Bourges le 27 août 1944, à Poilly-lez-Gien (Loiret), en compagnie de Daniel Prigniau.
Sur l’acte de décès, il est indiqué qu’il était célibataire, dessinateur et domicilié à Blois.
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué au grade de lieutenant des Forces françaises combattantes (FFC) et des Forces françaises de de l’intérieur (FFI).
Il est enterré au cimetière de Coullons.
Son nom figure sur le monument commémoratif des FFI de la compagnie Bildstein, à Poilly-lez-Gien (Loiret), sur la plaque commémorative aux FFI du Loiret, à Lorris (Loiret), sur la plaque commémorative du lycée Augustin Thierry et le mémorial 1939-1945, à Blois (Loir-et-Cher).
Une rue de Coullons porte le nom de Lieutenant-Bruneau.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article251144, notice BRUNEAU Jacques par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 22 septembre 2022, dernière modification le 23 septembre 2022.

Par Jean-Louis Ponnavoy

Jacques BRUNEAU
Jacques BRUNEAU
Benoit THIAULT photographie sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0.

SOURCES : Service historique de la Défense, AVCC, Caen, Cote AC 21 P 35046 (nc) ; SHD, Vincennes, GR 16 P 94563 (nc) et GR 19 P 45/1 page 65 et 45/19.— 75e anniversaire de la Libération La Résistance dans le Giennois édité par la ville de Gien en septembre 2019.— Mémoire des Hommes.— Mémorial Genweb.— État civil, acte de décès n°

Version imprimable Signaler un complément