CASSETUILE

Ouvrier layetier-emballeur à Paris, en septembre 1833, désigné comme président d’une sorte de comité de grève ou de « Société » parmi les travailleurs de cette profession. Les ouvriers avaient prévu l’organisation d’une caisse de secours et aussi d’un système d’ateliers indépendants qui leur auraient permis de continuer à gagner leur vie en dehors des entreprises qui refusaient de raccourcir la journée ou d’augmenter les salaires. Le Comité annonça en effet au public : « Des ateliers seront formés dans tous les quartiers de Paris et dirigés par les premiers ouvriers de chaque maison qui sont habitués à vous servir. » Les ouvriers obtinrent une augmentation. Cassetuile fut condamné à six mois de prison en même temps qu’un de ses camarades ; quatre autres le furent à deux mois de prison. L’avocat du roi avait, le 14 novembre, au procès, stigmatisé cette grève et les grèves en général comme des manœuvres politiques. Voir Bienaymé*.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article28193, notice CASSETUILE , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCES : Gazette des Tribunaux, 15-18 et 20 novembre 1833. — Octave Festy, Le Mouvement ouvrier au début de la monarchie de Juillet, Paris, 1908, p. 213.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément