CORSI Patrice

Avocat résidant à Talasani (Corse) où il était né. Un des animateurs du socialisme dans l’île, sous le Second Empire. Depuis 1848, il faisait partie du groupe socialiste de Bastia dont les membres s’intitulaient « progressistes ». À cette époque, il écrivait dans le journal Le Progressif. Il y publia notamment un éloge de Robespierre. Il fut arrêté, le 18 juillet 1858, comme chef d’une société secrète socialiste qu’il appelait la Marianne. On trouva chez lui des « emblèmes socialistes », une copie manuscrite d’une adresse de Mazzini à la démocratie européenne et une chanson républicaine dont le refrain était :
« Viva la Repubblica
Che fa cadere i troni,
La testa dei birboni
A terra fa cader. »
Le 29 octobre 1858, le tribunal de Bastia le condamna à un an de prison et à 100 francs d’amende. Voir Padovani Toussaint*

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article29107, notice CORSI Patrice, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Arch. Nat., BB 30/420, P. 1609.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément