DUBOC

Cordonnier, rue du Tambour, à Rouen. Orateur du club du passage Nitrière, démocrate et socialiste ; vice-président de ce club le 21 avril 1849 et jusqu’à sa disparition en mai. Candidat sur deux listes aux élections à l’Assemblée législative, le 13 mai 1849.

Le 12 octobre 1848, devant le club Nitrière, Duboc développait des vues sur l’association ouvrière, exclusive de violence. Le 26 octobre, il se prononçait non pour la suppression, mais pour la « modification de la propriété ». Il approuvait la candidature de Ledru-Rollin à la présidence de la République, le 7 décembre, et disait que « le socialisme peut seul sauver la France ». Le 21 avril 1849 il fit un long discours sur le socialisme : il mettait sous ce nom quatre espèces de solutions aux difficultés sociales : 1) le phalanstère ; 2) la « République unitaire » ; 3) le communisme ; 4) la triade de Pierre Leroux.
La veille du scrutin pour l’Assemblée législative, il justifiait sa présence, ainsi que celle de Letellier et de Salva, non seulement sur la liste démocrate socialiste, mais encore sur la liste républicaine formaliste de Senard. Pourquoi ne demandait-on pas d’explications à Frédéric Deschamps, qui, lui, était candidat sur trois listes ? Il terminait la séance en chantant le Chant des Paysans.
Sans doute les articles signés P. Dubosc, ou non signés, traitant du socialisme dans L’Émancipation normande (numéros 2 et 3) sont-ils de Duboc. Voir Letellier A.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article30209, notice DUBOC , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 27 avril 2021.

SOURCE : Arch. Mun. Rouen, Registre des procès-verbaux de police judiciaire concernant le club Nitrière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément