RONDEAU Jean-Louis

Né en 1807 à Paris. Ouvrier corroyeur, il fit toutes les maisons de corroierie du faubourg Saint-Marcel à raison d’une par an en moyenne à partir de 1834, mais semble s’être attaché plus particulièrement au fabricant Sonier, rue Censier, chez qui il se montra opposé à la coalition des ouvriers de l’atelier, ce qui ne l’empêcha pas, le 23 juin, d’expulser du poste du pont aux Tripes les partisans de l’ordre et de faire sortir ses voisins de la rue Mouffetard. Son patron lui évita de rester en transportation au-delà de mars 1849.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article37264, notice RONDEAU Jean-Louis , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Arch. Min. Guerre, A 4704.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément