HAINAUD Jean, François

Par Jacques Girault, Rémy Pergoux

Né le 19 juillet 1921 à Passy (Haute-Savoie), mort le 16 août 1985 à Thonon-les-bains (Haute-Savoie) ; instituteur ; militant syndicaliste en Haute-Savoie ; militant communiste.

Fausse et véritable cartes  d’identité.
Fausse et véritable cartes d’identité.

Fils d’un ouvrier à l’usine Péchiney de Chedde, Jean Hainaud (souvent écrit Hainaut) reçut les premiers sacrements catholiques. Élève au cours complémentaire de Sallanches, il entra à l’Ecole normale d’instituteurs de Bonneville en 1937. Titulaire du brevet supérieur, il fut nommé instituteur à Scionzier en octobre 1940, puis à Thonon, affecté ensuite aux Chantiers de jeunesse, du 7 novembre 1941 au 15 juin 1942. Il se maria en juillet 1941 à Thonon avec une dactylographe née à Gennevilliers (Seine).

Instituteur en classe unique à Bloye (1942-1943), puis à Frangy (1943-1944), Jean Hainaud participa à la Résistance. Avec le maquis de Manigod, il participa à la rencontre des 9 et 10 octobre 1943 avec les dirigeants du groupe d’Uriage dont Hubert Beuve-Méry et Jofre Dumazedier, qui devait déboucher l’année suivante sur la création du centre d’étude et d’information des Marquisats. Hainaud fit partie de l’équipe chargée du fonctionnement du centre, lors de la création du mouvement "Peuple et Culture de Haute-Savoie".

Il adhéra au Parti communiste français en 1945 à Annecy et renouvela son adhésion jusqu’en 1985. Détaché au mouvement "Peuple et Culture" (1944-1945), il retrouva le poste de Bloye (1946-1948), avant d’être nommé à Sciez (1949-1954) puis à Thonon (instituteur puis à partir de 1974, directeur de l’école des Suets, Jules Ferry) de 1954 à sa retraite en 1977. Dans ses divers postes, il anima notamment des coopératives scolaires et le cinéma éducateur (le "cinéma du jeudi" à Thonon). Pendant une vingtaine d’années, il dirigea le centre aéré du Draillant.

Instituteur à Sciez, Jean Hainaud était en 1951 le secrétaire de la section départementale du Syndicat national des instituteurs. Il fut assesseur de la deuxième séance de la réunion du conseil national, le 15 juillet 1952. Deux jours plus tard, lors du congrès national du SNI, il intervint contre les zones de salaires, pour une indemnité pour les postes déshérités.

Il militait aussi au sein des organisations de la Fédération des œuvres laïques (cinéma éducateur). En outre, il dirigea, avec son épouse, de nombreuses colonies de vacances de l’UFOVAL de 1948 à 1974 . Il était membre du conseil d’administration de la section départementale de la Mutuelle accidents élèves.

Jean Hainaud eut des obsèques civiles.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article75622, notice HAINAUD Jean, François par Jacques Girault, Rémy Pergoux, version mise en ligne le 3 janvier 2010, dernière modification le 8 juillet 2021.

Par Jacques Girault, Rémy Pergoux

Fausse et véritable cartes d'identité.
Fausse et véritable cartes d’identité.
Directeur de colonie de vacances
Directeur de colonie de vacances
au milieu des années 1950 à Saint-Marc (Loire-Atlantique).

SOURCES : Renseignements fournis par les enfants de l’intéressé. — Presse syndicale dont L’Ecole libératrice.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément