TAFFOREAU Roland, Henri, Louis

Par Gilles Morin

Né le 6 novembre 1907 à Brionne (Eure) ; soudeur à l’arc dans les ateliers de la SNCF (Nièvre), retraité SNCF (Bas-Rhin)) ; militant syndicaliste, successivement communiste, membre des Nouvelles gauches, puis du PSU enfin « apolitique » de la Seine-Maritime ; maire de Sotteville-lès-Rouen (1945-1983).

Roland Tafforeau était le fils d’un ouvrier forgeron. Apprenti à douze ans dans la forge de son père, Roland Tafforeau fut à seize ans militant communiste et un militant syndicaliste CGT. À la Libération, il était secrétaire de la commission départementale de reconstitution des organisations syndicales de travailleurs, chargée d’organiser l’épuration syndicale, désigné par la CGT (199110807-8) comme cheminot.

Roland Tafforeau fut maire de Sotteville-lès-Rouen de 1947 à 1983, avec une simple interruption d’une année. En effet, il perdit la mairie provisoirement en 1952, après avoir conduit un mouvement de dissidence communiste dans les communes suburbaines de Rouen. Il fut réélu maire divers gauche en 1953, UGS en 1959, puis PSU en 1965. Il l’emporta alors contre une liste PCF. La municipalité de 1965 comprenait 17 PSU, 6 SFIO et 8 divers gauche et avait obtenu 64,2 % des voix contre 25,8 % à la liste communiste homogène. En 1971, sa municipalité comprenait encore quatre élus socialistes.

Au cours de ses 35 années de mandats, il joua un rôle central dans la reconstruction de la cité dévastée par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale. Il fut président de la coopérative de Reconstruction de Sotteville et vice-président de l’association des maires de la région rouennaise.
Tafforeau, ancien communiste, fut une figure majeure des Nouvelles gauches au plan national et surtout local dès le milieu des années cinquante. Membre du Comité d’action des gauches indépendantes (CAGI) en août 1954, il fut élu membre du conseil national de la Nouvelle gauche au congrès de novembre 1955. Puis, il fut membre du bureau fédéral de l’UGS et candidat pour ce parti et pour l’Union des forces démocratiques (UFD) aux élections législatives de novembre 1958 dans la 3e circonscription de Seine-Maritime. Il obtint 6 547 voix (14,05 %). Il avait été candidat aux élections cantonales de 1955 à Sotteville et le fut pour le PSU aux élections législatives de 1962. Puis, il rejoignit la Convention des institutions républicaines et fut le représentant de la FGDS aux élections législatives de 1967 dans la 3e circonscription. En raison de son opposition à tout rapprochement avec le PCF, il rompit successivement avec tous les partis auxquels il appartint et glissa progressivement vers l’apolitisme et vers l’alliance avec la droite. En 1973, il soutenait la candidature aux élections législatives de Serge Huguerre, au nom des réformateurs. Si au SIVOM de l’agglomération rouennaise, il s’était alors rapproché du maire de Rouen Jean Lecanuet, sa gestion de Sotteville-lès-Rouen se voulait « apolitique ». Aux municipales de 1977, où il était soutenu par l’UDF, le parti du président Giscard d’Estaing, son image consensuelle lui permettait alors d’obtenir les faveurs d’une partie importante de l’électorat de gauche (52,5 % contre la liste d’union menée par le secrétaire départemental du PCF Jean Malvasio).

Roland Tafforeau, fut dans les années soixante-dix, vice-président du conseil régional de Haute-Normandie, appartenant à la majorité d’André Bettencourt. En 1981, lorsque la gauche devint majoritaire, contrairement à l’opposition il vota l’élection du nouveau bureau et fut présenté par l’opposition pour siéger dans des commissions.

En 1983, à soixante-quinze ans, non candidat à un nouveau mandat de maire, il refusa de choisir entre les listes menées par l’UDF René Salmon (finalement élue) et celle du socialiste Pierre Bourguignon, ne pouvant « soutenir deux listes à la fois ». Il réaffirma cependant son hostilité à toute forme d’alliance avec les communistes, expliquant avoir quitté tous les partis auxquels il avait appartenu pour ne pas faire « liste commune avec le PCF ».

Il s’était marié le 21 décembre 1929 à Rouen avec Renée Lefrançois.

Un square de Sotteville-lès-Rouen porte son nom.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article8853, notice TAFFOREAU Roland, Henri, Louis par Gilles Morin, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 4 novembre 2015.

Par Gilles Morin

SOURCES : Arch. Nat., F/1cII/315 et 563 ; 19830172/105 ; 19890523/19 ; 199110807-8. — Arch. de la CGT, commission Jayat. — Le Libérateur, 1954-1955. — Ministère de l’Intérieur, Les élections législatives, 1958, 1962, 1967, La documentation française. — Tribune socialiste, 13 mars 1965. — Paris-Normandie, 5 et 6 mars 1983. — Note d’Antoine Ransonnet. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément