AUROUX Henri

Par Louis Botella, Michel Dreyfus

Secrétaire de l’Union départementale du Force ouvrière du Cher.

Pionnier de la Confédération Force ouvrière, Henri Auroux participa aux travaux du groupe des « Amis de Force ouvrière » en 1947 à l’Arsenal de Bourges et intervint lors de la conférence du 19 décembre 1947 où fut décidée la création de la CGT-FO. Il était alors secrétaire général des Établissements militaires de la Place de Bourges.

La future union départementale Force Ouvrière porta, au cours des premiers mois de 1948, le nom d’Union départementale syndicaliste du Cher dont le secrétaire général fut Camille Lacueille, cheminot à Bourges et en provenance des Comités d’action syndicaliste, et le secrétaire, Henri Auroux.

Une situation semblable fut constatée, à la même période, au sein d’autres unions départementales FO : Aude (FO et CNT), Gironde (FO, CNT, autonomes, indépendants), Indre-et-Loire (FO et autonomes), Maine-et-Loire (FO, CNT et Syndicat National des Instituteurs).

Lors du congrès constitutif de la confédération FO, en avril 1948, Henri Auroux comme Camille Lacueille votèrent, lors des scrutins sur les statuts confédéraux, "contre" le préambule, les structures, le titre FO et l’affiliation de FO à la FSM (Fédération syndicale mondiale).

Après quelques mois de turbulences, Henri Auroux devint le premier secrétaire général de l’Union départementale de Force ouvrière du Cher, à la suite du congrès tenu en octobre 1948. Il le resta jusqu’en 1950, cédant la place à André Tholoniat, de la métallurgie.

Lors du congrès confédéral d’octobre 1956, Henri Auroux vota en faveur de la motion minoritaire sur l’Algérie, qui réclama la libre détermination du peuple algérien à disposer de lui-même, un cessez-le-feu et des négociations rapides entre la France et la nationalistes algériens.

Nommé en 1962 secrétaire à la Fédération FO des personnels civils de la Défense nationale, il fut un des artisans de la progression de Force ouvrière dans les Arsenaux et les services de la Défense nationale. Par la suite il fut le trésorier de la Fédération FO des personnels civils de la Défense nationale

Henri Auroux mourut subitement dans un train qui l’emmenait en cure, en juillet 1973.

Il s’agit très probablement de Henri, André Auroux, né le 27 avril 1919 à Bourges (Cher) et décédé le 15 juillet 1973 à Châtellerault (Vienne).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article10515, notice AUROUX Henri par Louis Botella, Michel Dreyfus , version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 12 décembre 2020.

Par Louis Botella, Michel Dreyfus

SOURCES : Denis Lefebvre, 19 décembre 1947... op. cit.Force Ouvrière, hebdomadaire de la CGT-FO, 19 mars et 11 novembre 1948. — Force ouvrière, hebdo, n° 1359, 5 septembre 1973. — Comptes rendus des congrès confédéraux de FO de 1948 à 1963. — Renseignements fourmis par Dominique Skorupka, secrétaire général de l’UD-FO, 2003. — Notes de Claude Pennetier. — Site Internet : deces.matchid.io.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément