LEGROS Robert, Constant, Édouard

Par Claude Pennetier et Nathalie Viet-Depaule

Né le 10 juillet 1907 à Montreuil-sous-Bois (Seine), fils d’un fondeur et d’une couronnière, Robert Legros, coupeur de gants, animait en 1935, le « Red star ouvrier club » de sa commune natale, affilé à la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT). Sous le Front populaire, il vit les effectifs de son club croître rapidement et les sections se multiplier : football, basket, cross, boxe, vol à voile. Il intervint sur la question du sport à la conférence du rayon communiste en juillet 1935.

Legros fut élu conseiller municipal communiste de Montreuil, le 12 mai 1935 sur la liste conduite par Hilaire Soupé. Délégué sénatorial en 1935 et 1938, mobilisé en septembre 1939, il fut déchu de son mandat, le 31 mai 1940, pour appartenance au Parti communiste.

Interné politique, il représenta le mouvement sportif au comité local de libération mais ne fit cependant pas partie du conseil municipal provisoire selon l’arrêté préfectoral du 26 septembre 1944. Il retrouva son siège de conseiller communiste en avril 1945, en octobre 1947, en 1953 et devint adjoint au maire en 1959 et 1965.

Marié en 1927 à Montreuil avec une brodeuse, il y était toujours domicilié lorsqu’il mourut le 7 octobre 1975 à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article117397, notice LEGROS Robert, Constant, Édouard par Claude Pennetier et Nathalie Viet-Depaule, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 2 mai 2022.

Par Claude Pennetier et Nathalie Viet-Depaule

SOURCES : Arch. Dép. Seine, DM3 ; versements 10451/76/1 et 1441/64/2 ; listes électorales et nominatives. — Arch. Com. Montreuil. — Claude Willard et José Fort, Montreuil-sous-Bois, Messidor, 1982. — État civil de Montreuil et de Saint-Cloud.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément