MALZAC Jules, Toussaint

Par Claude Pennetier

Né le 3 novembre 1903 à Mende (Lozère), dans une famille catholique de huit enfants, Jules Malzac était fils d’un journalier. Il fréquenta l’école religieuse jusqu’à l’âge de douze ans puis travailla comme domestique dans des fermes de la Lozère, de l’Aveyron et de l’Hérault. Il entra dans une maison de transports en 1921 avant son service militaire qu’il fit à Castres (Tarn) en 1924. Démobilisé fin avril 1925, Jules Malzac partit à Châtillon-sous-Bagneux (Seine) chez son frère, militant communiste. Celui-ci eut une grande influence sur son engagement politique, par la discussion et en lui faisant lire régulièrement l’Humanité. Embauché à la STCRP (Société de transports en commun de la région parisienne), il fut envoyé au dépôt de Malakoff lors de sa création en 1930. Il adhéra à la cellule communiste en octobre 1930 : "La cellule de la STCRP était alors à Malakoff la seule cellule d’entreprise. Elle était rattachée à la section. Quand j’ai adhéré, j’étais le neuvième membre de la cellule. En 1936 nous devions être une vingtaine. Les camarades qui formaient la direction de la cellule étaient les mêmes qui formaient la direction du syndicat. Le secrétaire était Bauvy, adjoint Marceau, trésorier Parrot... Le Parti n’était pas très fort à Malakoff. En 1930 nous étions une trentaine, en 1934 une quarantaine."

Syndiqué à la CGTU depuis 1925 et délégué de ligne depuis 1927, Jules Malzac assura la fonction de trésorier de sa section de 1929 à la guerre.

Mobilisé au 124e train-auto à l’automne 1939, il revint à Malakoff le 3 août 1940, travailla pour la défense passive au métro et milita clandestinement au Parti communiste. La police l’arrêta le 6 mars 1943. Après un séjour à la prison de la Santé et à la caserne des Tourelles, il fut interné au camp de Pithiviers (Loiret) jusqu’au 9 août 1944. Conseiller municipal provisoire à la Libération, il fut élu le 18 janvier 1948. Il devint secrétaire de la section communiste de Malakoff en avril 1948 et secrétaire de la section CGT de la RATP. A sa retraite en 1953, Jules Malzac s’installa à Dun-le-Poëlier (Indre).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article119788, notice MALZAC Jules, Toussaint par Claude Pennetier, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 novembre 2010.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Témoignage recueilli par Barnaud. — Correspondance.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément