PAYMAL Adrien

Par Pierre Schill

Né le 13 septembre 1907 à Metz (Lorraine annexée), mort le 28 avril 1963 à Metz (Moselle) ; ouvrier puis technicien à la base aérienne de Metz-Frescaty (Moselle) ; membre de la commission administrative de l’UD-CGT de Moselle ; militant de la CGT-FO après la scission ; secrétaire fédéral adjoint de la SFIO de la Moselle à la Libération.

Adrien Paymal
Adrien Paymal
Photographie lors d’un congrès en région parisienne (1953)

Benjamin d’une famille de trois enfants, Adrien Paymal obtint un certificat d’apprentissage de serrurier-mécanicien d’avril 1921 à avril 1924. Son père fut chef de train. Muni de son brevet de compagnon Adrien Paymal entra comme mécanicien ajusteur à la base aérienne militaire de Metz-Frescaty (Moselle). Il y effectua toute sa carrière professionnelle, qu’il termina en tant que technicien d’études et de fabrication.

Adrien Paymal militait dans les années trente à la CGT et était membre de la commission administrative de l’Union départementale de la CGT de Moselle. Il adhérait au même moment à la SFIO.

Il fut candidat aux élections d’octobre 1937 au conseil d’arrondissement de Metz-ville pour représenter le canton de Metz III. Candidat socialiste, il obtint au premier tour 1 124 voix sur 4 982 suffrages exprimés pour 5 206 votants et 8 270 électeurs inscrits. Il arriva en deuxième position et fut battu par un candidat du PSF.

Adrien Paymal fut muté en mai-juin 1940 par le Ministère de l’Air au Parc de l’air 108 à Montpellier (Hérault) alors que sa famille devait quitter la Moselle annexée par l’Allemagne nazie pour s’installer dans le Cher puis dans la Sarthe. Adrien Paymal rentra quelques mois plus tard en Moselle annexée au Reich.

Il continua à militer au lendemain de la guerre à la CGT et à la CGT-Force ouvrière après la scission ainsi qu’à la SFIO. Il participa ainsi à de nombreux congrès.

Le 18 mars 1945 à Metz, il participa au congrès de reconstitution de la SFIO en Moselle qui désigna un bureau fédéral provisoire. Il fut élu au poste de secrétaire à la propagande avec le titre de secrétaire fédéral adjoint.

À la Libération, Adrien Paymal se présenta aux élections cantonales de septembre 1945 dans le troisième canton de la ville de Metz. Il représentait les partis de gauche et les mouvements de résistance et obtint 2 145 voix sur 9 705 suffrages exprimés pour 10 729 votants et 12 925 électeurs inscrits. Jean Amos (URD) fut élu en totalisant 5 496 voix.

Il se présenta aussi aux élections municipales du 23 septembre 1945 à Metz sur la « Liste de l’union de la Résistance » qui regroupait les syndicats et partis de gauche, des organisations issues de la Résistance et des représentants de l’UNR. Il représentait le parti socialiste et était décrit comme ajusteur. Sur 17 036 suffrages exprimés sur 19 016 votants et 22 534 électeurs inscrits la liste obtint une moyenne de 6 405 voix contre 9 558 pour la liste d’Entente communale (droite) menée par le maire sortant Gabriel Hocquard. La liste de la Résistance n’obtint aucun élu.

En février 1946, le congrès fédéral de la SFIO le chargea de la relation avec l’organe de presse de la SFIO, Le Populaire.

Il mena la liste socialiste aux élections municipales du 19 octobre 1947 à Metz. Sur 22 746 suffrages exprimés sur 23 566 votants et 33 741 électeurs inscrits, la liste de la SFIO obtint une moyenne de 1 207 voix contre 11 895 pour la liste du RPF menée par Raymond Mondon qui remporta les élections. La liste socialiste n’obtint aucun élu.

Adrien Paymal continua à militer au moins jusqu’à la fin des années cinquante.

Il s’était marié en 1929 avec Lucienne née Philippe, dont il eut deux enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article125229, notice PAYMAL Adrien par Pierre Schill, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 19 septembre 2017.

Par Pierre Schill

Adrien Paymal
Adrien Paymal
Photographie lors d’un congrès en région parisienne (1953)

SOURCES : Arch. dép. de Moselle : 303 M 77 ; 151 W 189 ; 1330 W 263. – Le Populaire de l’Est, 25 septembre 1937. - Le Républicain Lorrain, 25 septembre 1945. – Emile Reiland, « Les élections municipales à Metz depuis 1945 », Cahier du Cercle Jean Macé, n°9, 1er trimestre 1983, p. 1 à 31. – Gérard Diwo, Les formations politiques en Moselle (21 octobre 1945-17 juin 1951), thèse de doctorat d’histoire sous la direction d’Alfred Wahl, Université de Metz, 1992, 2 tomes. – Pierre Schill, 1936. Visages et figures du Front populaire en Moselle, Metz, Editions Serpenoise, 2006. – Renseignements fournis par Nicole Dupoirier, sa fille.

ICONOGRAPHIE : Photographie lors d’un congrès en région parisienne (1953) : collection Nicole Dupoirier.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément