LAVIGNE Gaston, Jean

Par Jacques Girault

Né le 15 décembre 1919 à Moussages (Cantal), mort le 4 janvier 1990 à Juvisy-sur-Orge (Essonne) ; résistant ; militant syndicaliste ; militant communiste dans le Lot et dans la Seine, conseiller municipal de Puteaux (Seine, Hauts-de-Seine) et de Figeac (Lot).

Fils d’un facteur-receveur des PTT, sympathisant communiste, Gaston Lavigne passa sa jeunesse à Figeac. Titulaire du brevet supérieur, il devint instituteur dans le Lot. Muté à Puteaux après son mariage, il fut détaché, au milieu des années 1950, comme professeur d’enseignement général (Lettres) au centre d’apprentissage de la carrosserie à Puteaux où il habita de 1947 à 1957.

Lavigne effectua son service militaire, dans l’infanterie, comme sous-lieutenant du 10 juin 1940 au 31 janvier 1941, puis fut affecté en chantier de jeunesse dans le Lot. Convoqué au Service du travail obligatoire en juin 1943, réfractaire, il se cacha dans la Drôme (maquis de Dieulefit) puis de retour à Figeac, il devint mineur à Cardaillac (Lot). Membre d’un groupe de résistants à Figeac à la fin de 1943, il participa à la formation du Front uni de la jeunesse patriotique dans la région et rejoignit le maquis en février ou en mai 1944 avec des pseudonymes « Roger » puis « Bernard ». Responsable aux effectifs dans une compagnie FTPF, il participa aux combats de la libération dans le Lot, à Toulouse et dans la Pointe de Grave. Intégré dans l’armée comme sous-lieutenant, il fut démobilisé en septembre 1945 en Alsace.

Lavigne devint instituteur à Figeac. Il se maria en août 1941 à Planioles (Lot) avec Georgette Maignel, employée des postes devenue secrétaire comptable, communiste, trésorière de sa cellule, adjointe à la direction de la clinique du Comité central d’entreprise de la SNECMA au Pré-Saint-Gervais.

En 1946, Lavigne devint membre du bureau de la sous-section de Puteaux du Syndicat national des instituteurs. Au milieu des années 1950, il fut le secrétaire de la section de son centre d’apprentissage du Syndicat national de l’enseignement technique professionnel (CGT).

Lavigne, membre du Parti communiste français depuis mars 1944, membre du comité de la section communiste de Figeac en 1946, entra au secrétariat de la section communiste de Puteaux en 1947. Désigné comme secrétaire politique en février 1949, il conserva cette responsabilité jusqu’en 1957. Il fut candidat au conseil municipal en 1947. Il suivit l’école centrale municipale du PCF en décembre 1948. La direction du PCF voulut qu’il devienne permanent en 1952, mais ce changement de situation semble ne s’être réalisé pour des raisons administratives.

Lavigne entra au comité de la fédération communiste de la Seine en 1952. En 1956, il devait ne pas être réélu par la conférence fédérale, mais Étienne Fajon qui la suivait imposa sa réélection. Il fit partie du comité fédéral de la Seine-Ouest de 1958 à 1961, membre de la commission idéologique.

Lavigne militait dans l’association France-URSS depuis 1946, dans la Fédération des officiers de réserve républicains depuis novembre 1945 et dans l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance.

Lavigne, pour des raisons de santé, quitta Puteaux au début des années 1960 pour s’établir dans le Sud-Est. Il fut le secrétaire régional du SNETP-CGT dans l’académie de Nice.

Lavigne, la retraite venue, retourna habiter Figeac dans les années 1970. Membre du comité de la section communiste, il fit partie du comité de la fédération communiste du Lot de 1982 à 1987 et fut le secrétaire de l’Association départementale des élus communistes et républicains. Chef de file des candidats communistes sur la liste d’union de la gauche à direction socialiste (Martin Malvy, maire), il devint conseiller municipal de Figeac en mars 1977. Membre de la commission des finances, des travaux publics, délégué auprès du Syndicat intercommunal à vocations multiples. Délégué aux travaux, réélu en mars 1983, membre de la commission des finances, des appels d’offres, des impôts directs et du groupe de travail du Plan d’occupation des sols, il représenta le conseil au SIVOM du canton est.

Après son décès, son nom fut donné à une rue de Figeac dans le lotissement nouvellement créé de Nayrac, à l’ouest de la ville.

Lavigne ne se confondait pas avec Gaston Lavigne, né le 8 juillet 1941, membre du PCF depuis 1961, instituteur à Paris, membre du bureau d’une sous-section du SNI, qui devint membre du comité de la fédération communiste de Paris en 1970.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136933, notice LAVIGNE Gaston, Jean par Jacques Girault, version mise en ligne le 5 mai 2011, dernière modification le 3 mars 2014.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Mun. Figeac (Christophe Galinon) et de Puteaux (Christelle Laverrière). — Archives du comité national du PCF.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément