LACAZE Gérard

Par Claude Pennetier

Né le 23 septembre 1930 à Labouheyre (Landes) ; ajusteur ; syndicaliste CGT ; membre du secrétariat des fédérations PCF des Hautes-Pyrénées et du Gers.

Fils de gendarme, Gérard Lacaze naquit dans les Landes où son père était en poste. Celui-ci habitait à Tarbes lors de l’arrivée des réfugiés espagnols en 1939. Épuisé, il donna sa démission de la gendarmerie et se retira sur ses terres à Lascazères.
Catholique pratiquant lors de son entrée dans l’usine Alsthom de Tarbes, Gérard Lacaze fut influencé par son collègue d’atelier plus âgé d’une quinzaine d’années Célestin Vicente, communiste, ancien des Brigades internationales et FTP qui fut, dit-il, son "père politique". Gérard Lacaze se maria religieusement en juillet 1954 avec Arlette Dantin à Lascazères (Hautes-Pyrénées). Celle-ci était issue d’un famille communiste. Son père Georges Dantin, résistant FTP, avait été un des créateurs de la section Nord du Parti communiste dans les Hautes-Pyrénées avec l’instituteur Camescasse.

Gérard Lacaze adhéra au syndicat CGT des Métaux puis au PCF en 1954. Il était alors devenu athée. Il entra au comité fédéral communiste des Haute-Pyrénées en 1956, au bureau fédéral en 1957 et au secrétariat en 1962. Secrétaire fédéral de l’UJRF puis de l’UJCF, il était secrétaire de la section Tarbes-sud en 1962. Il avait suivi une école centrale d’un mois.

Gérard Lacaze mena de multiples luttes revendicatives, au CHSCT, au comité d’entreprise avec notamment la création d’une crèche moderne pour les enfants des salariés et un camp de vacances avec bungalows à Hendaye. Il était très lié à Jacques Duclos. Il participa à des actions pour la libération d’Henri Martin, contre la guerre d’Algérie et contre les tentations putschistes des paras de Pau en 1958 et 1962. Il participa aux festivals de la jeunesse de 1957 (6e festival, Moscou) et 1959 à Vienne (Autriche). À Moscou, il devint ami ("comme un frère") avec Jean Carcy du Gers ; à Vienne, il était venu avec Danielle Chastellain, fille aînée de Paul Chastellain.

En 1969, il fut licencié par le patron de l’usine Alsthom de Tarbes pour agitation lors de grèves, un an après avoir animé une longue grève avec occupation en 1968. Il fut directeur de l’école fédérale des Hautes-Pyrénées, inaugurée par Jacques Duclos en 1969 à Bazillac et qui fonctionna pendant trois ans. Il fit partie des délégations du PCF en URSS en 1973 et en Italie en 1975.
Dans le cadre du redéploiement militant du PCF dans le Sud-ouest, la direction du PCF l’envoya dans le Gers où le PCF était plus faible que dans les Hautes-Pyrénées. Permanent de la fédération PCF du Gers de 1974 à 1990, secrétaire fédéral du Gers de 1975 à 1989 (remplacé par son ami Maurice Salles, instituteur). La fédération lui confia la direction de Regards sur le Gers de 1974 à 2017.
Gérard Lacaze fut deuxième adjoint au maire d’Auch, chargé des affaires sociales de 1977 à 2001 donc pendant quatre mandats dans la municipalité d’Union de la gauche dirigée par le socialiste Jean Laborde, puis par Claude Debons. Trois mois après son élection, il avait dû faire face à d’importantes inondations. Son expérience syndicale l’aida assurer ce mandat. Il ne se représenta pas en raison de son âge en 2001.
Il siégea au conseil régional Midi-Pyrénées de 1976 à 1986.
Après 2001, il fut entre Auch, Tarbes, où militait sa femme, et les maisons familiales de Lascazères. Il y vivait en 2020, à 90 ans, bon pied bon oeil, mais affectée par la mort de sa femme, le 26 juin 2020 à Lascazères.

En 1982, sur proposition de Nicole Questiaux, l’Ordre national du mérite lui fut attribué. Elle aurait dû lui être remise par Paul Chastellain, mais la mort brusque de celui-ci rendit la cérémonie impossible et il renonça.

Il ne cessa jamais de militer dans la mouvance communiste.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article138231, notice LACAZE Gérard par Claude Pennetier, version mise en ligne le 11 août 2020, dernière modification le 29 juin 2021.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Renseignement communiqués par son fils, en 2013, 2019 et 2020. — Conversation téléphonique avec Gérard Lacaze, 11 août 2020. Indications fournies par Gérard Lacaze le 24 juin 2021.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément