MALAISE Marguerite [née PIERQUET Marguerite, Marie]

Par Didier Bigorgne

Née le 17 février 1897 à Vrigne-aux-Bois (Ardennes), morte le 28 août 1976 à Reims (Marne) ; institutrice, puis directrice d’école ; militante syndicaliste et mutualiste ; militante socialiste, conseillère municipale de Nouvion-sur-Meuse ; secrétaire générale de la section des Ardennes du SNI (1944-1951) ; vice-présidente de la section départementale de la MGEN (1947-1952).

Marguerite Malaisé
Marguerite Malaisé

Marguerite Pierquet était la fille d’Henri Pierquet, préposé des douanes, et de Marie Julia Bouché, sans profession. Après avoir fréquenté l’école communale, puis le cours complémentaire de Vrigne-aux-Bois, elle entra à l’Ecole normale d’institutrices de Charleville. Elle obtint son premier poste à Sedan ; elle enseigna ensuite à Signy-le-Petit de 1923 à1930, puis à Rimogne jusqu’en 1933. A cette date, Marguerite Pierquet prit la direction de l’école primaire de filles à Nouvion-sur-Meuse (Ardennes). Le 29 mars 1934, elle y épousa Armand Malaise*, directeur d’école à Charleville, secrétaire général de la section des Ardennes du SNI et militant socialiste SFIO.

Fixés à Nouvion-sur-Meuse, les époux Malaise, en mai 1940, se réfugièrent d’abord à Niort (Deux-Sèvres), puis à Jard-sur-Mer (Vendée). De retour dans les Ardennes en février 1942, Marguerite Malaise retrouva son poste de directrice d’école à Nouvion-sur-Meuse. Armand Malaise, qui avait été démissionné, organisa le mouvement de résistance « Libération-Nord » ; il mourut en mission le 4 janvier 1944 à Lonny (Ardennes).

A la Libération, Marguerite Malaise reprit le combat de son mari qui avait reconstitué clandestinement le syndicat départemental en 1943. Le 21 décembre 1944, elle fut élue secrétaire générale de la section des Ardennes du SNI. A ce titre, elle fut membre du comité d’épuration de l’enseignement et de la commission d’appréciation des services de le Résistance en 1945. Elle participa au congrès national du SNI à Montrouge en 1947. A partir de 1949, elle représenta le personnel enseignant au comité technique paritaire des Ardennes.

Marguerite Malaise demeura à la tête du SNI des Ardennes jusqu’au 22 novembre 1951. Bien qu’elle eût atteint l’âge de la retraite à la fin de l’année scolaire, elle décida de prolonger son temps d’activité pour faire face à des obligations familiales. Le groupe majoritaire des autonomes auquel elle appartenait au comité syndical jugea cette décision incompatible avec le fait de rester secrétaire générale. Elle eut beau en appeler à la mémoire d’Armand Malaise, ses amis l’évincèrent et lui préférèrent René Braibant*. Marguerite Malaise refusa alors le poste de secrétaire générale adjointe ainsi que les candidatures à la commission administrative paritaire et au conseil départemental de l’enseignement primaire. En revanche, elle continua de siéger au comité syndical jusqu’au 18 juin 1953, année de son départ à la retraite. Elle fut aussi membre de la commission administrative de la section ardennaise de la FEN de mars 1946 au 3 décembre 1953.

Marguerite Malaise s’engagea dans le mouvement mutualiste. Elle participa à la création de la section des Ardennes de la MGEN, le 27 mars 1947 à Charleville. Nommée membre de la commission exécutive, elle fut élue vice-présidente départementale le 29 mars suivant. Elle occupa cette fonction jusqu’en 1952.

Enfin, Marguerite Malaise milita au Parti socialiste SFIO. Aux élections municipales des 19 et 26 octobre 1947, elle fut élue sur la liste de son parti qui remporta la victoire à Nouvion-sur-Meuse. Elle siégea au conseil municipal jusqu’au scrutin d’avril-mai 1953 auquel elle ne se représenta pas.

A sa mort, Marguerite Malaise était officier d’Académie depuis 1946. Elle fut inhumée à Nouvion-sur-Meuse.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article140333, notice MALAISE Marguerite [née PIERQUET Marguerite, Marie] par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 19 avril 2012, dernière modification le 30 avril 2021.

Par Didier Bigorgne

Marguerite Malaisé
Marguerite Malaisé

SOURCES : Arch. Dép. Ardennes, 3 M 8 et 9. — Archives de la section des Ardennes de la MGEN. — Bulletin de la section ardennaise du Syndicat national des instituteurs, 1944 à 1953. — L’Ardennais, 31 août 1976. — Presse locale. — DBMOF, biographie de son mari par Paul Delanoue.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément