MAGRISSO Jacques

Par Jean-Sébastien Chorin

Né le 21 décembre 1914 en Turquie  ; résistant FTP.

Jacques Magrisso était électricien. Le 26 mai 1936, il fut naturalisé français.
En 1942, il était Franc-tireur Partisan dans le groupe de Robert Hamel (Région P2 de l’inter-région Île-de-France). Son pseudonyme était « Yves ». Il participa à différentes actions :

Le 25 juillet 1942, un attentat contre un local occupé par l’armée allemande 18 rue David d’Angers (Paris 19e) avec Robert Hamel (son chef de groupe et responsable militaire P2), Georges Boisseau (chef technique P2), un nommé « Jacques », Mohamed Lakhdar-Toumi et Louis Le Balanger (Léon Agid).
Fin juillet, il lança des bouteilles incendiaires dans des vitrines de la LVF et d’hôtels et de restaurants réservés aux Allemands.

Le 13 août 1942, un attentat contre un garage réquisitionné avenue Saint Mandé (Paris 12e) avec Robert Hamel, Léon Agid et Louis Soudade.
Le 15 août 1942, un attentat contre la brasserie alsacienne « Andrés », rue Saint Laurent (Paris 10e) avec Robert Hamel, Louis Camatte, Léon Agid et Robert Soudade.

Le 1er août 1942, la protection de la manifestation rue Daguerre (Paris 14e) avec le groupe d’Hamel. Léon Agid, Robert Hamel et Mohamed Lakhdar-Toumi sont également présents. Le groupe est placé en soutien à l’angle de la rue Daguerre et de l’avenue d’Orléans.

D’après Roger Linet (responsable politique de l’inter-région Île de France), Jacques Magrisso participa également à l’attaque d’un laboratoire occupé par l’armée Allemande. En septembre, Jacques Magrisso remplaça Georges Boisseau comme chef technique de la région P2, puis il fut muté peu de temps après à P4. Il fut arrêté le 16 janvier 1943 et incarcéré à Fresnes. Le 11 juillet 1943, il fut déporté « NN » vers Natzweiler-Struthof avec le matricule 4488, puis vers Auschwitz. Le 25 janvier 1945, il fut interné à Mauthausen puis dans le camp annexe de Wels le 25 mars. Il fut libéré le 6 mai 1945 alors qu’il était interné à Ebensee et rapatrié à Sarreguemines le 22 mai.

D’après un inventaire des archives du CDJC – Mémorial de la Shoah, le 23 juin 1954, il témoigna à un procès contre des Nazis du camp de Natzweiler-Struthof.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article145164, notice MAGRISSO Jacques par Jean-Sébastien Chorin, version mise en ligne le 23 février 2013, dernière modification le 29 mars 2021.

Par Jean-Sébastien Chorin

SOURCES : Arch. PPo., BS 2 carton 14, BS 2 carton 18 (GB 110). — Fondation Pour La Mémoire de la Déportation, bddm.org. — Roger Linet, 1933-1943 : la traversée de la Tourmente, 1990. — Amicale des Déportés, Familles et Amis de Mauthausen, monument-mauthausen.org.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément