NAY Gilles, Michel, André

Par Jacques Girault

Né et mort à Amboise (Indre-et-Loire), 6 octobre 1930-5 juin 1986 ; instituteur en Indre-et-Loire ; militant syndicaliste ; militant communiste.

Photographie d’identité.
Photographie d’identité.

Gilles Nay naquit à Saint-Denis-Hors, commune rattachée peu après à Amboise. Sa mère était institutrice et son père, Marcel Nay, fils d’un ouvrier ébéniste, instituteur socialiste, résistant, arrêté et torturé par la Gestapo, mourut en déportation à Offenburg, le 1er avril 1945.

Gilles Nay, pupille de la Nation en 1946, bachelier, devint instituteur à Saint Symphorien. Au début des années 1970, directeur de l’école primaire Jean de la Fontaine à Tours, il devint directeur de l’école Paul-Louis Courier à Amboise.

Il se maria en juillet 1952 à Tours avec Jacqueline Cottron, sans profession, militante communiste, fille d’un forgeron et d’une secrétaire de mairie. Elle entra au bureau de la fédération communiste au début des années 1970. Le couple eut une fille.

Gilles Nay devint membre du Syndicat national des instituteurs en 1950 ou en 1952. Dans les années 1960, il était le correspondant syndical dans le canton où il enseignait. Membre du conseil d’administration de la Fédération des œuvres laïques, il présidait le ciné-club de Tours et assurait la responsabilité de trésorier d’une association de parents d’élèves.

Gilles Nay adhéra au Parti communiste français en février ou en septembre 1961, expliquant en mars 1985 dans un article de Liberté, consacré au souvenir de la Résistance et de son père, qu’il était « le seul parti capable d’endiguer le fascisme et de proposer à la nation des solutions valables pour les travailleurs ». Membre du comité et du bureau de la section communiste de Tours-Nord puis du secrétariat au début des années 1970, il entra au comité de la fédération communiste d’Indre-et-Loire en 1965 et devint trésorier fédéral en 1966, puis trésorier adjoint à partir de 1968. Il avait suivi l’école d’un mois du PCF en août 1964. Non renouvelé au comité fédéral lors de la conférence fédérale de 1971, il fut candidat au Conseil général en septembre 1973 dans le canton de Château-la-Vallière. Il fut aussi candidat aux élections municipales d’Amboise en 1977. Il collaborait aussi régulièrement au journal Liberté de la section communiste d’Amboise dont il était le trésorier.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article147672, notice NAY Gilles, Michel, André par Jacques Girault, version mise en ligne le 8 juillet 2013, dernière modification le 16 juillet 2013.

Par Jacques Girault

Photographie d'identité.
Photographie d’identité.

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Témoignage de Gilles Taupin.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément