ANCIAUX Albert

Par Didier Bigorgne

Né le 30 mars 1896 à Fumay (Ardennes), mort le 12 juillet 1978 à Fumay ; mineur ardoisier ; syndicaliste ; militant socialiste dans l’entre-deux-guerres ; résistant ; dirigeant de l’UD-CGT des Ardennes (1928-1940, puis 1944-1947), et de l’UD-Force ouvrière (1949-1955).

Albert Anciaux était le fils naturel de Augustine Martin, sans profession. Il fut reconnu et légitimé par Jules Ernest Anciaux, ouvrier ardoisier, par le mariage du 4 janvier 1902 à Fumay. Albert Anciaux exerçait aussi le métier d’ardoisier quand il épousa Hermine Adolphine Soret, sans profession, le 2 juin 1923 à Fumay ; de cette union naquit une fille.

Filleul du syndicaliste ardoisier Eugène Martin-Coupaye, Albert Anciaux se mit de suite au combat au côté de son oncle pour l’amélioration des conditions de travail et l’obtention de la retraite des ardoisiers avec le statut du mineur.

En 1928, il était membre de la commission exécutive de l’UD-CGT des Ardennes. Après la grave crise économique qui provoqua la fermeture des ardoisières de Fumay en 1932 et jeta plus de mille ouvriers au chômage, il intervint auprès du député Pierre Viénot (Union socialiste républicaine) qui réussit à obtenir du gouvernement les crédits nécessaires pour la reprise de l’activité. A partir de 1934, Albert Anciaux mena la lutte avec le Parti communiste contre les Croix de Feu : au congrès de l’UD-CGT du 6 mai 1934, il déclara que les camarades de la CGT faisaient « bon ménage avec les communistes ». Du 24 au 27 septembre 1935, il représenta la Fédération du sous-sol au 23ème congrès national de la CGT à Paris.

Albert Anciaux milita pour l’unité syndicale au sein de l’Union départementale CGT. Le 19 janvier 1936, il participa au congrès de fusion CGT-CGTU à Charleville. Membre de la commission exécutive de la nouvelle UD-CGT des Ardennes jusqu’en 1940, il fut délégué au 24ème congrès national qui se tint à Toulouse du 2 au 5 mars 1936 et scella la réunification de la CGT au plan national.

Parallèlement à son engagement syndical, Albert Anciaux militait au Parti socialiste SFIO. Secrétaire de la section socialiste de Fumay, il conclut une alliance avec le Parti communiste au second tour des élections municipales du 10 mai 1925 pour former une liste d’Union des Partis ouvriers qui remporta la victoire. Il fut radié du Parti socialiste SFIO lors du congrès fédéral qui se tint le 24 mai 1936 à Charleville.

Albert Anciaux , qui avait combattu les Allemands pendant la guerre de 1914-1918, occupa le poste de secrétaire à la section de l’ARAC (Association républicaine des anciens combattants) de Fumay durant l’entre-deux-guerres. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il lutta contre l’envahisseur nazi en s’engageant dans la résistance belge. A la Libération, Albert Anciaux retrouva des responsabilités syndicales. Le 8 octobre 1944, il fut réélu membre de la commission exécutive de l’UD-CGT des Ardennes pour y siéger jusqu’à sa démission le 28 décembre 1947.

En effet, Albert Anciaux approuva la scission prononcée par la conférence nationale des Amis de Force ouvrière réunie les 18 et 19 décembre 1947. Dans les premiers jours de janvier 1948, il constitua le syndicat Force ouvrière des ardoisiers des Ardennes : il en devint le secrétaire, fonction qu’il occupa pendant toute sa vie active et celle de retraité.

Le 18 janvier 1948, il participa à la naissance officielle de l’UD-Force ouvrière des Ardennes. Au titre de la Fédération des mineurs, Albert Anciaux représenta le syndicat ardoisier de Fumay au congrès constitutif de Force ouvrière qui se tint les 12 et 13 avril1948 à Paris. Enfin, il fut élu membre de la commission exécutive de l’UD-Force ouvrière lors du congrès départemental du 19 juin 1949 ; il le demeura jusqu’au 27 août 1955. Dans le même temps, il siégea au comité d’entreprise dans les ardoisières de Fumay et à la caisse de secours de la Sécurité sociale des mines.
Albert Anciaux fut enterré civilement le 15 juillet 1978 à Fumay.

Avec Eugène Martin-Coupaye, il fut la grande figure du syndicalisme ardoisier des Ardennes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article148688, notice ANCIAUX Albert par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 6 septembre 2013, dernière modification le 1er juin 2016.

Par Didier Bigorgne

SOURCES : Arch. Dép Ardennes, 1M 15 et 39. — Archives de l’UD-Force ouvrière des Ardennes. — Congrès de l’UD-CGT des Ardennes. — Le Socialiste Ardennais, 1925 à 1936. — L’Ardennais, 15-16 juillet 1978. — Notice DBMOF par Henri Manceau. — Etat civil de Fumay.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément