BAUDRY Léon [Dictionnaire des anarchistes]

Par Jean Maitron, notice complétée par Marianne Enckell

Né en 1886 à Fontenay-le-Comte (Vendée) ; ouvrier mécanicien à Saint-Claude (Jura) ; anarchiste.

En 1904, Léon Baudry était abonné aux Temps Nouveaux. L’année suivante, il était secrétaire de la section de l’Association internationale antimilitariste de la ville Saint-Claude, sous l’impulsion d’un groupe de propagande antimilitariste lancé par Julot Lauret.

En 1906, il prit une part active aux grèves des pipiers de Saint-Claude qui durèrent quatre mois, d’août à novembre. Le 30 juillet 1906, les pipiers se mettaient en grève pour obtenir une augmentation de salaire. Devant l’intransigeance patronale, d’autres corporations se joignirent au mouvement et, le 28 septembre, ce fut la grève générale. Le patronat céda, le travail reprit le 1er octobre. Mais l’effervescence, née des grèves, était loin d’être calmée : poursuites, condamnations d’ouvriers, présence des gendarmes entretenaient un climat de trouble dans la ville. De nouveau, la grève des pipiers reprit le 24 octobre. Un pétard éclata dans la cave du maire, Lançon, patron pipier. Baudry fut impliqué dans cette affaire et emprisonné le 4 décembre. Pendant sa détention il fut condamné, le 27 février 1907, à un an de prison pour déprédations commises sur une ligne téléphonique, lors de la grève générale de septembre 1906.

Un comité de défense des détenus fut créé à la suite des grèves ; il semble qu’il ait oublié de porter secours à Baudry qui, en prison, se trouvait sans ressources ; le bruit courait à Saint-Claude que Baudry était un mouchard ; le journal Le Jura socialiste l’accusa d’être au service de Clemenceau. Lors de son procès, devant la cour d’assises du Jura, en juin 1907, un commissaire de police le présenta comme le chef de la jeunesse antimilitariste anarchiste de Saint-Claude. Baudry fut condamné à sept ans de réclusion et à dix ans d’interdiction de séjour.

Au cours de cette lutte, le groupe des pipiers Le Travail passa en quelque mois de cent à trois mille membres. Mais suite à la répression les socialistes reprirent en main le syndicat pipier, qu’ils n’allaient plus perdre.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article153802, notice BAUDRY Léon [Dictionnaire des anarchistes] par Jean Maitron, notice complétée par Marianne Enckell, version mise en ligne le 3 avril 2014, dernière modification le 3 avril 2014.

Par Jean Maitron, notice complétée par Marianne Enckell

SOURCES : Les Temps nouveaux, 13 et 20 octobre 1906, 10 et 24 novembre 1906, 16 mars 1907, 6 avril 1907, 22 juin 1907 — Félix Cicéron, « Les premiers anarchistes à Saint-Claude (1893-1905)÷, maîtrise, Université de Besançon, 1976-1977.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément