JADOT Jean, Joseph

Par Didier Bigorgne

Né le 29 août 1911 à Ecly (Ardennes), mort le 4 janvier 1999 à Rethel (Ardennes) ; cultivateur ; résistant, syndicaliste et militant communiste ; maire d’Ecly (1947-1977).

Fils d’un cultivateur et d’une mère au foyer, Jean Jadot était l’aîné d’une famille de cinq enfants. Après la mort de son père (gazé aux combats pendant la guerre 1914-1918) en 1923, il fut reconnu pupille de la Nation. Ayant repris l’exploitation familiale, il épousa une jeune émigrée polonaise, Julia Lubéra, ouvrière agricole, le 29 juillet 1939 à Ecly ; le couple eut trois enfants (deux filles et un garçon).

Mobilisé en septembre 1939, Jean Jadot combattit les Allemands. Démobilisé dans la Creuse, il participa à une action de protection de convoi face à l’ennemi, ce qui lui valut d’être titulaire de la croix de guerre 1939-1945. De retour dans le village d’Ecly, Jean Jadot refusa de travailler pour l’occupant. En 1942, il fut arrêté et condamné à six mois de prison (10 juillet) par le tribunal allemand de Charleville pour vols et délits de ravitaillement à l’armée d’occupation. Emprisonné à Rethel, puis au camp des Mazures, il réussit à s’évader et à rejoindre la zone libre.

Jean Jadot adhéra au Parti communiste en 1944. Élu conseiller municipal d’Ecly sur une liste communiste en1945, il fut réélu au scrutin des 19-26 octobre 1947. Il devint maire de la commune le 2 novembre suivant, fonction qu’il occupa jusqu’au 21 mars 1977. Il demeura conseiller municipal d’Ecly jusqu’en 1983.

Trésorier de la cellule communiste d’Ecly en 1962, secrétaire de section en 1965, Jean Jadot fut membre du comité fédéral du Parti communiste des Ardennes du 23 janvier 1963 au 18 décembre 1966. Dans le même temps, il était délégué cantonal de la Confédération générale agricole.
Les obsèques religieuses de Jean Jadot furent célébrées le 7 janvier 1999 à Ecly.

Le plus jeune frère de Jean Jadot, André Octave Edmond Jadot naquit le 10 juin 1923 à Ecly. Arrêté à deux reprises sous l’Occupation, il rejoignit le Maroc et combattit les Allemands au sein de la première armée française Rhin et Danube en 1944-1945. Agriculteur de profession, marié et père de cinq enfants, conseiller municipal d’Ecly, il représenta le Parti communiste à l’élection partielle des 3 et 10 septembre 1978 pour le conseil général dans le canton de Chaumont-Porcien ; il obtint 106 voix sur 2 347 inscrits et 1 713 votants au premier tour. André Jadot mourut le 27 juillet 1999.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article162577, notice JADOT Jean, Joseph par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 14 août 2014, dernière modification le 14 août 2014.

Par Didier Bigorgne

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Renseignements et documents fournis par Pierre Jadot, fils d’André Jadot. — Presse locale. — État civil d’Ecly.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément