LANDRIEUX Alphonse

Par André Balent, Jean-Pierre Besse

Né le 8 octobre 1911 à Guise (Aisne), mort au combat le 10 septembre 1943 à Rosis (Hérault) ; employé des PTT (facteur) ; résistant du maquis Bir Hakeim (AS).

Fils d’un ferblantier, Alphonse Landrieux fut adopté par la Nation suivant jugement du tribunal de Toulouse en novembre 1919.

Employé des PTT, il se maria à Toulouse en septembre 1939 avec Jeanne, Marie Sabes.

Il appartint au maquis Bir Hakeim sous le nom de Lafon. Le 10 septembre 1943, le maquis installé sur le plateau de Douch (commune de Rosis, Hérault) fut attaqué par les Allemands.

Son enterrement ainsi que celui de de Jacques, Jean-Marie Allex, à Saint-Gervais-sur-Mare (Hérault), le 12 septembre 1943, donna lieu à un rassemblement de plusieurs centaines de personnes. Le 11 septembre, le maire de Rosis avait pris la responsabilité de faire descendre les corps à Saint-Gervais-sur-Mare où parmi la foule se retrouvèrent des élus de plusieurs communes, des gendarmes et des chefs locaux de mouvements de résistance. D’après Gérard Bouladou (op. cit.), pendant la messe, le curé prononça un sermon "très osé". Les deux corps des maquisards furent ensuite déposés dans le caveau des morts de la Première Guerre mondiale. Le maire de Rosis évoqua ces obsèques solennelles dans une lettre qu’il adressa le 13 avril 1945 au maire de Sarlat (Dordogne) dont le fils, Henri Arlet, fait prisonnier sur le plateau de Douch (Rosis) fut exécuté à Toulouse (Haute-Garonne) le 9 novembre 1943.

Trois autres maquisards furent faits prisonniers avant d’être condamnés à mort et fusillés le 9 novembre 1943 à Toulouse.

Alphonse Landrieux fut homologué sergent FFI. Le nom d’Alphonse Landrieux est inscrit — avec la mention "de Toulouse" — avec celui de Jacques, Jean-Marie Allex sur la stèle érigée près de l’église et du presbytère de Douch (commune de Rosis) où était établi le cantonnement du maquis Bir Hakeim commémorant le combat livré sur le plateau de Douch par le maquis contre les Allemands le 10 septembre 1943. Il figure aussi sur le mémorial édifié à Mourèze (Hérault) afin de perpétuer les morts du maquis Bir Hakeim entre septembre 1943 et août 1944. et sur le monument aux morts de de Guise (Aisne).

Voir Hameau de Douch (commune de Rosis, Hérault), 10 septembre 1943. Victimes du combat du maquis Bir Hakeim (AS) contre les Allemands

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article163810, notice LANDRIEUX Alphonse par André Balent, Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 10 septembre 2014, dernière modification le 20 octobre 2017.

Par André Balent, Jean-Pierre Besse

SOURCES : BAVCC, Caen, dossier 21P 63 583. — Gérard Bouladou, Les maquis du Massif Central méridional 1943-1944. Ardèche, Aude, Aveyron, Gard, Hérault, Lozère, Tarn, Nîmes, Lacour-Rediviva, 2006, 617 p. [ pp. 289-291]. — Bulletin municipal de Rosis, n°, 2005. — Mémorial GenWeb, consulté le 7 janvier 2016 (André Balent). — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément