BROUNESSEN René

Par Annie Pennetier

Né le 27 mai 1893 à Paris, fusillé le 30 juin 1944 au stand de tir de Challuy-Nevers (Nièvre) ; gardien d’usine ; résistant.

Fils naturel de Marie, Aurélie Brounessen, couturière, René Brounessen résidait à la Chaume-des-Pendus, à cheval sur les communes de Sermoise et Challuy (Nièvre) dans une maison isolée dans les bois, il allait écouter la radio anglaise chez des voisins. Il travaillait dans une entreprise de transports comme gardien et mécanicien. René Brounessen appartenait à la Résistance mais nous ne connaissons pas précisémment son groupe de rattachement.
René Brounessen fut, selon le témoignage d’un voisin, ramassé par des miliciens, nombreux dans la commune, et livré aux autorités allemandes de Nevers le 30 juin 1944.
Condamné à mort pour activité de « franc-tireur » le 30 juin 1944 par le tribunal militaire de Nevers (FK 568), René Brounessen a été fusillé le jour même à Nevers avec Julien Bénévise, à 22 heures.
Il est inhumé à Challuy.

Nevers, champ de tir de Challuy (12 janvier 1942-30 juin 1944)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article163838, notice BROUNESSEN René par Annie Pennetier, version mise en ligne le 17 septembre 2014, dernière modification le 4 avril 2017.

Par Annie Pennetier

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – État civil. – Arch. Dép. Nièvre, 999W1962. – Témoignage de Jacqueline Baynac 2014.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément