PROVOST Gustave Edmé [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis]

Par Michel Cordillot et Daniel Cahen

Né en le 25 mai 1842 à Rouen (Seine-Maritime) d’un père menuisier-ébéniste, Gustave Edmé Provost devint tourneur sur métaux. Installé à Saint-Denis près de Paris, il s’y maria le 10 octobre 1868 avec une jeune femme belge, Irma Joséphine Desabieaux, née le 27 avril 1843 à Charleroi (Belgique), avec qui il avait eu en 1865 une première fille hors mariage, Blanche Alexandrine (1865-1873), qui mourut peu avant leur départ pour les États-Unis.

Ils émigrèrent en 1874 et s’installèrent à Detroit (Michigan), où naquit leur seconde fille Cécilia Lucia (1875-1950). L’année suivante, ils déménagèrent pour s’installer à San Francisco, Californie, où naquit leur troisième fille, Adeline Martha (1880-1964).

Communiste philosophiquement proche de Jules Leroux, Gustave Provost figura parmi les premiers abonnés californiens de L’Étoile du Kansas et de l’Iowa. Il envisagea un moment de rejoindre les colons de la Jeune Icarie dans l’Iowa, mais il en fut dissuadé par Jules Leroux.

De 1881 à 1883, année du décès de Jules Leroux, Gustave Provost entretint une correspondance régulière avec ce dernier, et il se chargea de collecter fonds et abonnements. Sa femme Irma et lui figurèrent parmi les vingt premiers signataires de la charte d’Icaria Speranza, début 1883. Ils restèrent néanmoins à San Francisco où vint au monde leur seul et unique fils, Jules Gustave (1884-1964), le quatrième de la fratrie.

Après la dissolution de la communauté en 1886, les Provost ne se désinvestirent pas de la communauté et gérèrent leurs terres entre San Francisco et Cloverdale (comté de Sonoma, Californie). Gustave Provost fut par ailleurs l’un des concepteurs et constructeurs du système des funiculaires à San Francisco. En 1898, les Provost s’établirent à Geyserville (comté de Sonoma), à quelques milles au Sud de Cloverdale, dans l’Alexander Valley.

Gustave Provost mourut à Oakland (comté d’Alameda, Californie) le 3 juin 1902 et fut enterré trois jours plus tard au cimetière Sainte Marie de cette même ville. Décédée le 2 janvier 1913 à Berkeley (id.), son épouse fut enterrée à ses côtés.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article165329, notice PROVOST Gustave Edmé [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis] par Michel Cordillot et Daniel Cahen, version mise en ligne le 29 septembre 2014, dernière modification le 12 décembre 2019.

Par Michel Cordillot et Daniel Cahen

SOURCES :Archives de Rouen, Seine-Inférieure. – Mariage n° 174 du 10 octobre 1868 à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis. – Index des décès de la Californie, 1940-1997. – L’Étoile du Kansas et de l’Iowa, passim ; Jules Prudhommeaux, Icarie et son fondateur Étienne Cabet, Paris, Cornély & cie, 1907, p. 578 ; Dale Larsen (ed.), A History and Census of the Icarian Communities : Soldiers of Humanity, The National Icarian Heritage Society, sl, 1998, p. 294 ; Notes de Robert Sutton et Daniel Cahen.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément