DUPUIS André, Marcel, Clodomir

Par Philippe Pauchet, Claude Pennetier

Né le 25 janvier 1895 à Ailly-sur-Somme (Somme), fusillé sommairement le 7 novembre 1942 à la citadelle d’Amiens (Somme) ; ouvrier d’usine ; résistant communiste.

Marié, père d’un enfant, ouvrier d’usine, syndicaliste, André Dupuis était un militant communiste clandestin. Dès 1940, il regroupa les membres de sa cellule et organisa la lutte l’action clandestine. Avec ses camarades, il distribuait des tracts et des journaux clandestins. En février 1942 il fut contacté par Arthur Masson et rejoignit la 4e compagnie FTPF. Il participa alors à des sabotages de lignes téléphoniques ( en février 1942 entre Ailly-sur-Somme et Picquigny) et de voies ferrées (en avril 1942 entre Breilly et Picquigny). Le 2 novembre 1942, il fut arrêté par la Gestapo. Interné à la citadelle d’Amiens il y fut fusillé le 7 novembre 1942.

Dans son dossier du AVCC on ne trouve aucune trace de jugement par un tribunal. Il aurait donc été exécuté sommairement.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article168947, notice DUPUIS André, Marcel, Clodomir par Philippe Pauchet, Claude Pennetier, version mise en ligne le 25 décembre 2014, dernière modification le 24 avril 2021.

Par Philippe Pauchet, Claude Pennetier

SOURCES : SHD, AVCC, Caen 16P202586. – Mémorial des fusillés de la citadelle d’Amiens. — Arch. Dép. Somme, 26 w 587. Arrestations effectuées par les autorités allemandes de 1940 à 1944. Lettres D et E. — Daniel Pillon et Catherine Roussel in La Résistance dans la Somme, DVD Rom. Fondation de la Résistance.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément