SIMIN Giegori

Par Thomas Pouty

Né le 19 février 1919 à Orenbourg (Russie), fusillé le 12 mai 1944 à la carrière des Aulnaies, à Saint-Germain-du-Corbéis (Orne) ; de nationalité russe ; résistant au sein des FTPF.

Giegori Simin était un soldat de l’Armée rouge, fait prisonnier par l’armée allemande. Son parcours comporte encore quelques zones d’ombre, tout comme celui de ses camarades soviétiques arrêtés le même jour.
Prisonnier de guerre interné en France, Giegori Simin parvint à s’évader et à être placé sous la protection d’un groupe de résistants des Francs-tireurs et partisans (FTP). D’abord cachés dans le Calvados, lui et son groupe se déplacèrent ensuite dans le département de l’Orne, à Neuvy-en-Houlme, où ils établirent leur camp de base.
Le groupe FTP fut dénoncé au mois de mars 1944 par un collaborateur du département. Le 2 avril 1944, la gendarmerie d’Argentan mena l’attaque contre les quelques FTP réfugiés à Neuvy-en-Houlme. Les résistants, surpris, furent rapidement maîtrisés. Cinq hommes furent arrêtés, trois d’entre eux étaient des prisonniers de guerre évadés : Pavel Kamincko, André Lemarié, Joseph Marvin, Giegori Simin et Alexis Sopolov. Au cours de la perquisition, des armes furent découvertes, ainsi que du matériel de sabotage.
Les prisonniers furent emmenés à la prison d’Argentan, puis mis à la disposition de la police allemande. Les cinq résistants furent emprisonnés à Alençon, questionnés et torturés. Dans le courant du mois de mai, le tribunal militaire allemand les condamna tous à la peine capitale pour « activité de franc-tireur ». Le 12 mai 1944, en fin de journée, ils furent conduits à la carrière des Aulnaies, à Saint-Germain-du-Corbéis, et mis à mort par un peloton d’exécution.
Leurs noms figurent sur le monument commémoratif érigé en 1946 sur le lieu du supplice, sur le bord de la route menant à Fresnay.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article169829, notice SIMIN Giegori par Thomas Pouty, version mise en ligne le 14 janvier 2015, dernière modification le 25 janvier 2019.

Par Thomas Pouty

SOURCES : DAVCC, Caen, Liste S 1744. – Arch. Dép. Orne. – Thomas Pouty, La répression franco-allemande dans le département de l’Orne, 1940-1944, mémoire de maîtrise, Université de Caen, 2001. – La Résistance dans l’Orne, CDrom AERI.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément