ULHEN Émile, Louis, Victor

Par Didier Bigorgne

Né le 22 juin 1916 à Trétudans (Territoire de Belfort), mort le 7 mars 1972 à Paris (XVème arrondissement) ; ouvrier métallurgiste, puis contremaître ; syndicaliste CGT et militant communiste ; conseiller municipal de Charleville (1949-1959).

Fils d’un chauffeur de four et d’une mère au foyer, Émile Ulhen naquit dans une famille de trois enfants (deux garçons et une fille). Il exerça le métier de forgeron à l’usine La Manestamp de Charleville. Réfugié dans le département de la Haute-Vienne pendant la Seconde Guerre mondiale, il épousa Olive Dewoitine, sans profession, le 28 décembre 1940 à Lussac-les-Eglises ; le couple eut un fils.

A son retour dans les Ardennes, Émile Ulhen reprit son métier de forgeron. Membre du syndicat CGT des Métaux de Charleville, il fut élu conseiller prud’homme, section des Métaux, le 2 décembre 1951. Il fut réélu le 28 novembre 1954.

Émile Ulhen adhéra au Parti communiste. Lors de la 9e conférence fédérale des 14-15 juin 1947, il devint membre du comité fédéral des Ardennes ; il le demeura jusqu’au 19 mars 1950. Aux élections municipales du 19 octobre 1947 à Charleville, Emile Ulhen fut candidat sur la liste de son parti qui remporta sept sièges sur vingt sept. Il devint conseiller municipal le 3 décembre 1949 en remplacement du communiste Victor Compas, décédé. Réélu le 27 avril 1953 avec cinq de ses colistiers, il ne figura pas sur la liste PCF au scrutin de mars 1959.

En 1958, Émile Ulhen exerçait la profession de tourneur. Il devint ensuite contremaître. Son épouse était agent de service en école maternelle.

Émile Ulhen fut inhumé à Charleville-Mézières.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article170182, notice ULHEN Émile, Louis, Victor par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 28 janvier 2015, dernière modification le 6 septembre 2016.

Par Didier Bigorgne

SOURCES : Arch. Dép. Ardennes, 40W 42.— Liberté, 1947 à 1951. — Presse locale.— Témoignage de Clélia Ulhen, belle-fille de l’intéressé.— État civil de Trévenans (pour la commune de Trétudans) et Lussac-les-Eglises.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément