CANDON Eugène

Par Annie Pennetier, Françoise Strauss

Né le 19 septembre 1921 à Piczano (Italie), mort abattu en décembre 1944 en Italie du Nord ; secrétaire des Jeunesses communistes de Villejuif et membre du secrétariat régional des JC.

Venu d’Italie avec sa famille à l’âge de six ans, Eugène Candon devint garçon boucher à l’issue de sa scolarité primaire, à Fontenay-sous-Bois puis à Villejuif (Seine, Val-de-Marne). Il adhéra aux Jeunesses communistes à seize ans et se révéla rapidement un militant actif aux côtés de René Plaud, Francis Née, Jean Richard et François Daoudal, devenant l’année suivante secrétaire des Jeunesses de Villejuif. Il s’inscrivit à l’université ouvrière où il suivit les cours de philosophie et d’économie politique de Georges Politzer. Il occupa rapidement des responsabilités à l’intérieur de son organisation au niveau régional au début de l’année 1939. A la suite de distributions de tracts, il fut arrêté le 1er novembre 1939, interné à la prison de la Santé à Paris, puis condamné à trois ans de prison.
Transféré à Fresnes (Seine, Val-de-Marne) puis pour quelques jours à Poissy (Seine-et-Oise, Yvelines) et dans le contexte de la débâcle incarcéré avec soixante-dix condamnés politiques, à la prison de Fontevrault (Maine-et-Loire).

Le 10 septembre 1942, alors qu’il avait fini sa peine, il ne fut pas relâché, et demeura interné à la disposition des autorités de Vichy.

Le 27 octobre 1942, des gendarmes français l’emmenèrent à la frontière italienne où il fut livré aux autorités italiennes puis déporté dans une île.
En 1943, libéré après la chute de Mussolini, il prit part aux combats de la libération en Italie du nord où il fut un des responsables de la résistance. Arrêté avec quelques camarades, il a été exécuté en décembre 1944.

Après la guerre, le cercle des Jeunesses communistes de Villejuif prit son nom.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article173367, notice CANDON Eugène par Annie Pennetier, Françoise Strauss, version mise en ligne le 3 juin 2015, dernière modification le 8 décembre 2019.

Par Annie Pennetier, Françoise Strauss

SOURCES : Villejuif à ses martyrs de la barbarie fasciste septembre 1945. — Marcelino Gaton, Carlos Escoda, Mémoire pour demain, Graphein, Paris, 2000.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément