BERGER Jacqueline [née LASSABE Jacqueline, Émilienne, Ernestine]

Par Paul Berger, Jacques Girault

Née le 31 juillet 1929 à Reims (Marne), morte le 20 juin 2012 à Metz (Moselle) ; professeure ; militante communiste en Moselle ; militante associative.

Sa famille fut très éprouvée par les guerres (évacuation à Paris entre 1914 et 1918, en Sologne en 1940. Son père Fernand Lassabe, peintre de talent, travaillait comme son grand-père à la réfection des vitraux de la cathédrale de Reims dans la maison de Vitraux Simon. Catholiques, influencés par Marc Sangnier, ils étaient très laïques et républicains. Son père avait tenu à inscrire ses filles dans des écoles laïques malgré les pressions du clergé.

Après une scolarité à l’école primaire supérieure de Reims, elle entra à l’École normale d’institutrices de Châlons-sur-Marne en 1945. Autorisée à passer le baccalauréat, série “mathématiques élémentaires“, son père étant décédé en 1948, elle devint maîtresse d’internat à l’école nationale professionnelle de filles de Bourges (Cher). Elle entra à l’École normale supérieure de l’enseignement technique (section A2, physique-chimie) en 1949.

Elle se maria dans la cathédrale de Reims en 1951 avec Paul Berger, élève-professeur à l’ENSET. Le couple eut trois enfants qui ne reçurent pas de sacrements religieux.

Nommée avec Paul Berger à l’ENP, futur lycée Louis Vincent, de Metz, elle y accomplit toute sa carrière. Elle fut à l’initiative de la création de la première section du brevet de technicien supérieur à l’ENP (chimie) en 1957.

Adhérente du Syndicat national de l’enseignement technique depuis l’ENSET, elle poursuivit son adhésion au SNET qu’elle maintint dans le Syndicat national des enseignements de second degré lors de la fusion avec le Syndicat national de l’enseignement secondaire. Retraitée, elle continua à être syndiquée.

Membre du Parti communiste français depuis 1964, elle fut trésorière de la section de Moulins–lès-Metz, puis membre du bureau de la section communiste de Metz. Elle fut candidate sur la liste d’Union de la gauche en tant que communiste aux élections municipales de Moulins-lès-Metz en 1965 et 1971. A la fin des années 1980, en désaccord avec les pratiques du bureau fédéral comme Constance Audia, elle démissionna du PCF. Elle s’engagea avec Thérèse Rabatel dans le groupe des Rénovateurs soutenant la candidature de Pierre Juquin aux élections présidentielles en 1989 puis elle adhéra durant trois ans à l’Alternative pour la Démocratie et le Socialisme.

Jacqueline Berger, secrétaire de la Fédération des conseils des parents d’élèves du lycée de filles Georges de La Tour à Metz, fut déléguée de la Moselle au congrès national de la FCPE de Strasbourg.

Elle rejoignit la Ligue des droits de l’Homme en 1995. Elle milita activement à la Fédération générale des retraités et surtout à l’Association pour le droit de mourir dans la dignité.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article177110, notice BERGER Jacqueline [née LASSABE Jacqueline, Émilienne, Ernestine] par Paul Berger, Jacques Girault, version mise en ligne le 5 décembre 2015, dernière modification le 27 août 2017.

Par Paul Berger, Jacques Girault

SOURCES : Arch. mun. de Moulins-lès-Metz. — Archives personnelles – Témoignage de Catherine Stotzky. — Bulletin de la FCPE. — Un manuscrit autobiographique.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément