TOURNEMINE Robert

Par Jacques Girault, Gérard Montant

Né le 11 décembre 1924 à Clichy (Seine/Hauts-de-Seine), mort le 5 février 2001 à Briançon (Hautes-Alpes) ; inspecteur principal de l’enseignement technique ; militant syndical du SNET-CGT ; militant communiste

Son père, Robert Tournemine, menuisier dans les chemins de fer, sympathisant socialiste, décéda en 1935. Son épouse, née Marie Le Men tenait un débit de boissons et votait communiste. Titulaire du brevet supérieur, leur fils, engagé dans les FTPF, participa à la Résistance dans la région de Pontrieux (Côtes du Nord) à partir de juin 1944 (maquis de Squiffiec) et fut actif pendant la libération de Paimpol. Il adhéra au Parti communiste en juillet 1944 à Pontrieux. En décembre 1944-1945, il effectua son service militaire comme élève pilote de deuxième classe au Maroc et résilia son engagement en décembre 1945.
Instituteur devenu professeur de centre d’apprentissage à Rouen (Seine-Maritime), Robert Tournemine adhéra au Syndicat CGT des centres d’apprentissage et fut son secrétaire départemental de 1946 à 1950 puis le secrétaire régional du syndicat des centres d’apprentissage de l’académie de Caen (1950-1951). Il était aussi le secrétaire départemental de l’UGFF en 1949-1950. Il participa à une délégation de la CGT en Pologne en 1952. Muté à Royan (Charente-Maritime), responsable de son syndicat, secrétaire de l’union locale CGT, membre du cartel départemental des fonctionnaires et des services publics CGT, il devint le secrétaire régional du syndicat de l’académie de Poitiers et membre de la commission administrative nationale du syndicat. Promu au bureau de l’UGFF en 1955, il dut cesser de militer en raison d’une maladie.
Robert Tournemine, militant communiste, secrétaire de la section Rouen-Est en 1946-1947, entra au comité de la section de Rouen-Centre de 1947 à 1950, puis devint secrétaire de cette section transformée en section Rouen-Ville en 1950 dont il devint membre du bureau à la fin de 1951. Il avait suivi l’école fédérale en 1948. Il figurait sur la liste communiste aux élections municipales de Rouen en 1947. Il militait aussi dans l’association France-Pologne, adhérait à l’Union française universitaire et était actif dans les œuvres laïques.
Robert Tournemine se maria avec Thérèse Bernier, sans profession, fille d’un électricien, sympathisant du MRP, alors que ses trois autres frères et sœurs se sentaient proches de la gauche socialiste ou communiste. Ils avaient une fille d’une dizaine d’années en 1960.
Robert Tournemine, après un séjour en sanatorium en 1955-1956, obtint un poste de professeur d’enseignement général dans le collège d’enseignement général de Toulon (Var) qui possédait un centre d’apprentissage à la fin des années 1950. Secrétaire du Syndicat national de l’enseignement technique-CGT dans le Var, membre de la commission administrative de l’Union départementale CGT, il était en 1960 secrétaire du cartel départemental des fonctionnaires.
Membre de la cellule du quartier du Mourillon, il joua important dans l’action des comités de défense de la république en mai 1958. Membre du bureau de la section communiste de Toulon, il fut élu au comité fédéral le 27 novembre 1960 et non réélu par la conférence fédérale de juin 1962.
Il accéda à la fonction d’inspecteur de l’enseignement technique, puis d’inspecteur principal dans l’académie de Bordeaux dans l’année scolaire. 1961-1962.
Membre du Syndicat national des inspecteurs de l’enseignement, il garda des liens étroits avec le SNETP-CGT dans les académies dont il fut l’inspecteur, puis inspecteur principal. Il conserva de bonnes relations notamment avec Charles Ravaux, secrétaire général du syndicat.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article179388, notice TOURNEMINE Robert par Jacques Girault, Gérard Montant, version mise en ligne le 20 mars 2016, dernière modification le 28 septembre 2022.

Par Jacques Girault, Gérard Montant

SOURCES : Archives du comité national du PCF et de la fédération PCF. — Arch. du SNETP-CGT.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément