ALLONGE Lucien, Gaston

Par Robert Serre, Jean-Marie Guillon

Né le 25 août 1925 à Mulhouse (Haut-Rhin), tué en action le 22 août 1944 à Nyons (Drôme) ; maquisard Francs-Tireurs et Partisans (FTP).

Résistant, venant de Marseille (Bouches-du-Rhône) où il résidait, Lucien Allonge intégra le maquis Morvan, importante formation née en 1943 dans le sud des Hautes-Alpes et itinérant ensuite entre ce département, le nord Vaucluse et la Drôme, dans le secteur des Baronnies. D’abord affilié à l’Armée secrète (AS), ce maquis rejoignit les FTP en 1944 pour devenir le 9 juin la 5e compagnie du 2e Bataillon Sud-Drôme. Il s’illustra dans plusieurs combats après le 6 juin 1944, en particulier les 21 et 22 août non loin de Nyons. Une colonne blindée allemande venant de l’Ouest se dirigeait sur Nyons. Arrivée au bois Saint-Pierre, elle rencontra un camion chargé de maquisards. Un premier affrontement eut lieu. Les Allemands firent demi-tour pour chercher des renforts à Saint-Maurice-sur-Eygues (Drôme), avec lesquels ils attaquèrent les maquisards qui se défendirent vaillamment en utilisant un canon pris à l’ennemi la veille à Montclus (Hautes-Alpes). La bataille dura une partie de la journée et les Allemands ne purent atteindre Nyons. Les résistants déplorèrent la mort de Lucien Allonge, assimilé au grade de lieutenant chez les FTPF, et de six de ses hommes.
Une stèle fut érigée après la Libération sur les lieux du combat.
Le titre de « mort pour la France » fut attribué à Lucien Allonge dont le nom fut donné à une avenue du 13e arrondissement de Marseille par une délibération du 6 juillet 1945.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article180112, notice ALLONGE Lucien, Gaston par Robert Serre, Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 27 avril 2016, dernière modification le 13 octobre 2021.

Par Robert Serre, Jean-Marie Guillon

SOURCES : Site Mémoire des hommes AC 21 P 6271 et Vincennes GR 16 P 9311. — Site taulignan39-45.blogspot.com/2011/08/bataille-du-bois-saint-pierre.html. — Patrick Martin, La Résistance dans le département de la Drôme, 1940-1944, thèse Université Paris IV Sorbonne, 2001, base de données noms. — Archives remises à l’AERD par le fils d’André Vincent-Baume, puis déposées aux Arch. Dép. Drôme. — Adrien Blès, Dictionnaire historique des rues de Marseille, Marseille, Éd. Jeanne Laffitte, rééd. 2001. ⎯ Cdt Pons, De la Résistance à la Libération, rééd. 1987, p. 272. Albin Vilhet, La Résistance dans le Nyonsais, p. 41. — Joseph La Picirella, Témoignages sur le Vercors, 14e édition, 1991, p. 402. Société d’Études Nyonsaises, Terre d’Eygues, n° spécial, Résistance et libération, 1994 et autres numéros de la revue, n° 13/1994.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément