CARMAGNOLLE Camille

Par Jacques Girault

Né le 13 mars 1883 à Cotignac (Var), mort le 8 décembre 1962 à Cotignac ; homme d’équipe ; syndicaliste unitaire (CGTU) et militant communiste du Var.

Fils d’un cultivateur, marié dans la commune en novembre 1908, Carmagnolle était homme d’équipe à la gare de la Compagnie du PLM de Marseille ou de Miramas. Lors du congrès de fondation de l’Union départementale de la CGTU des Bouches-du-Rhône, le 5 mars 1922, il fut nommé à la commission exécutive. Au congrès suivant à Aix, le 28 octobre 1923, il vota pour la motion Semard. Lors des élections législatives de 1924, candidat sur la liste du Bloc ouvrier et paysan dans la première circonscription de Marseille, il obtenait, le 11 mai, 5 695 voix alors que la moyenne de sa liste était de 6 181 voix sur 136 085 inscrits.
Carmagnolle, révoqué de la Compagnie du PLM se retira dans son village natal où il possédait une petite propriété familiale. Il aurait alors demandé à son homonyme, député-maire, de le faire réintégrer aux chemins de fer. Ce dernier échoua et Carmagnolle ne le lui pardonna pas.
Inscrit au Carnet B (troisième groupe), il présida en janvier 1929, une réunion communiste à Cotignac. Lors de la conférence du rayon communiste du Var, à Carnoules, le 2 juin 1929, accusé par le secrétaire du rayon d’avoir fait le jeu, lors des élections municipales, du député-maire, son exclusion fut proposée. En 1932, il était secrétaire de la cellule du village, de la section de l’ARAC et du SRI. Le 24 juillet 1932, au congrès du rayon de Toulon, il proposa une motion qui critiquait la façon dont le Parti communiste traitait la question de la guerre au lieu de faire des suggestions pour lutter efficacement contre sa menace. Cette motion fut rejetée.
Le 1er Mai, « paysan travailleur », Carmagnolle prit la parole lors du rassemblement de Brignoles. Membre de la commission agraire du rayon communiste, puis de la commission paysanne de la CGPT, il était, en avril 1935, membre du Bureau du Comité de défense des petits vignerons du Var.
Aux élections municipales de Cotignac, candidat (mais on ne sait s’il figurait sur une liste d’opposition à celle du maire), le 5 mai 1935, il obtint 113 voix sur 473 inscrits.
Carmagnolle fut délégué par sa cellule par la section de Carcès à la conférence régionale du Var, le 12 décembre 1937, à La Seyne. Il figurait, le mois précédent, dans le comité formé pour soutenir le candidat communiste lors des élections pour le conseil d’arrondissement. Toutefois, en 1936 (mais on ne sait quand cette responsabilité lui fut retirée), il n’était plus secrétaire de la cellule de Cotignac.
Carmagnolle, sous le pseudonyme de « Bagnis », était en 1944 le responsable du groupe FTP de Cotignac. Il assurait le ravitaillement du maquis du Bessillon et participa à ses actions. Il parvint à s’échapper avec une partie de son groupe lors de la dernière attaque allemande le 27 juillet 1944. Son rôle à la Libération fut très controversé. Inculpé pour avoir participé à l’exécution d’Hubert Carmagnolle*, il bénéficia d’un non-lieu. Membre de la délégation spéciale, adjoint, son attitude laisse encore perplexe les différents témoins. Pour les uns, il était le dirigeant ; pour les autres, il paya, en fait, les erreurs de son équipe ; pour les uns, il était « une grande gueule », un « bagarreur » ; pour les autres, il « avait le cœur sur la main ».
Après la guerre, il continua à militer notamment contre la guerre d’Indochine.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article1828, notice CARMAGNOLLE Camille par Jacques Girault, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 9 mars 2009.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F7/12.976 ; 13.118. — Arch. Dép. Var, 2 M 7.35.2 ; 4 M 46 ; 4 M 49.4 2. ; 3 Z 4.29 (papiers V. Roux). — Arch. Dép. Bouches-du-Rhône II M3 55 ; V M2 282. — Presse locale. — Sources orales. — D. Moulinard, Le Parti communiste à Marseille. Naissance et débuts 1919-1925, Mémoire de Maîtrise, Aix, 1970. — Renseignements communiqués par Antoine Olivesi et J.-M. Guillon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément