MOREAU DE MONTCHEUIL Yves Henri

Par Robert Serre, Jean-Luc Marquer

Né le 30 janvier 1900 à Paimpol (Côtes-du-Nord), exécuté le 10 août 1944 à Grenoble (Isère) ; prêtre jésuite philosophe et théologien ; résistant AS maquis du Vercors.

Fils de Marie Joseph Charles Moreau de Montcheuil, commissaire première classe de la Marine et de Dame Marie Geneviève Goursaut de Merlis, Yves Moreau de Montcheuil décida d’entrer chez les Jésuites quand son frère aîné fut tué en 1917 dans la défense de Verdun. Il fut ordonné prêtre en 1932. Docteur en théologie, il enseigna à l’Institut catholique de Paris, puis à la Faculté de Théologie, exerçant une réelle influence sur le milieu étudiant durant la Seconde Guerre mondiale. En 1940, il fait la guerre dans la troupe. Hostile à la compromission avec le nazisme, il collabora à Témoignage chrétien, journal œcuménique de résistance spirituelle fondé en 1941 à Lyon par le père Chaillet et le pasteur de Pury, et participa à sa diffusion clandestine. Son dernier article, en mai 1944, « Vers un soulèvement de la nation », appelait à rejoindre la Résistance.
À la mi-juillet 1944, à l’appel d’anciens étudiants, il vint au Vercors pour une tournée de huit jours. C’est à ce moment que les Allemands attaquèrent le massif. Il suivit l’équipe médicale et les blessés graves dans la grotte de la Luire, à Saint-Agnan-en-Vercors (Drôme). Le 27 juillet, il fut pris et assista à l’exécution des 14 invalides en contrebas de la grotte. Emmené à Grenoble avec les médecins et les infirmières, il fut emprisonné à la caserne de Bonne. Dans la nuit du 10 au 11 août 1944, il fut fusillé avec les docteurs en médecine Ladislas Fischer et Maurice Ullmann et 20 autres personnes.
Les corps enfouis dans un cratère de bombe furent découvert le 28 août 1944, chemin des Buttes, à proximité du Polygone
Le 29 août 1944, les bières numérotées contenant les dépouilles des victimes furent déposées dans deux fosses creusées au polygone, la fosse A ou 1, pour les victimes d’août, la fosse B ou 2 pour celles de juillet.
Le 3 novembre 1944, le Révérend Père Aubé, aumônier des étudiants de Grenoble, et résistant, fit exhumer le cercueil n°11 A car il pensait que cela pouvait être celui d’Yves Moreau de Montcheuil.
La dépouille fut transportée à l’École de médecine où furent prélevés divers éléments à des fins d’identification, l’identification visuelle n’ayant pas été probante. Elle fut ensuite réinhumée.
Son corps ne fut jamais identifié.
Le 21 septembre 1945, les dépouilles des victimes encore enterrées au polygone, dont celle d’Yves Moreau de Montcheuil, furent transférées dans le carré III du cimetière du Grand Sablon à La Tronche (Isère).
Elles furent à nouveau exhumées en juin 1958 et réinhumées dans la nécropole nationale de La Doua à Villeurbanne (Métropole de Lyon).
Une tombe-cénotaphe de la nécropole nationale de Vassieux-en-Vercors (Drôme) porte son nom.
Son ami le théologien Henri de Lubac a consacré un chapitre à Yves Moreau de Montcheuil dans Résistance chrétienne à l’antisémitisme. Souvenirs 1840-1944, Fayard 1988.
Le nom de Yves Moreau de Montcheuil est gravé sur la plaque commémorative 1939-1945 à l’Institut catholique de Paris, 21 rue d’Assas.


Voir : Grenoble, charniers du Polygone


Notice provisoire

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article183549, notice MOREAU DE MONTCHEUIL Yves Henri par Robert Serre, Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 15 août 2016, dernière modification le 17 mars 2021.

Par Robert Serre, Jean-Luc Marquer

SOURCES : Arch. Dép. Drôme, 132 J 30. — Arch. Mun. Grenoble, 4H69 — SHD, Vincennes, GR 16P 429957 (nc). — Cdt Pons, De la Résistance à la Libération, rééd. 1987, p. 275. Fédération des Unités combattantes de la Résistance et des FFI de la Drôme, Pour l’amour de la France, Peuple Libre, Valence, 1989, p. 348. — Joseph La Picirella, Témoignages sur le Vercors, 14e édition, 1991, p. 329, 375. La liberté de l’esprit, Visages de la Résistance, la manufacture, Lyon 1987 n° 16. Dreyfus photo p. 185. Escolan Patrice, Ratel Lucien, Guide-mémorial du Vercors résistant, Le cherche-midi éditeur, Paris, 1994, p. 304.— Biographie d’Yves de Montcheuil sur Wikipédia. — État civil en ligne Paimpol. — Notes Annie Pennetier.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément