CALAIS Adrien, Baptistin

Par Antoine Olivesi

Né le 19 juillet 1902 à Arles (Bouches-du-Rhône), mort en déportation le 2 février 1945 à Buchenwald ; cantonnier municipal à Arles ; militant communiste et syndicaliste des Bouches-du-Rhône.

Fils de Sébastien Calais et d’Ellien Eulalie, marié à Henriette Barbe, père de deux enfants, Adrien Calais était cantonnier municipal à Arles. Appartenant à la classe 22, il fut affecté au service auxiliaire. Il adhéra dès 1920 à la Jeunesse communiste. Il fut chargé de la propagande auprès des jeunes par Adrien Mouton en 1923, puis devint l’un des principaux dirigeants du rayon communiste d’Arles. En 1932, il était secrétaire de ce rayon qui comprenait alors trois cellules et 140 adhérents environ, non comprises les deux cellules annexes de Châteaurenard et de Tarascon. Il était également secrétaire du syndicat CGTU des employés de mairie comptant une quinzaine de membres.
En novembre 1934, il fut menacé de révocation par le conseil municipal modéré démissionnaire et traduit devant le conseil de discipline, mais la liste socialiste soutenue par le Parti communiste l’emporta quelques jours plus tard. Il fit campagne pour Mouton lors de l’élection de ce dernier à Arles en 1936.
Le 27 septembre 1939, Adrien Calais était secrétaire de la Bourse du Travail d’Arles lorsque la police y perquisitionna en sa présence. Il fut réformé en 1940.
Ayant conservé sa popularité, il fut considéré comme dangereux en cas de troubles ou de « regroupement des clandestins communistes » par le commissaire central de police d’Arles et fit partie de la fournée des vingt trois Arlésiens arrêtés entre le 25 et 27 janvier 1943. Il fut interné au camp de Saint-Sulpice-la-Pointe (Tarn) par un arrêté du 29 janvier 1943 et fut déporté au départ de Toulouse le 30 juillet 1944 vers le camp de Buchenwald où il mourut.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article18399, notice CALAIS Adrien, Baptistin par Antoine Olivesi, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 7 avril 2022.

Par Antoine Olivesi

SOURCES : Arch. Dép. Bouches-du-Rhône, M 6/10933, rapport du 1er octobre 1939, M 6/11379, rapport du 26 août 1932 et rapport préfectoral confidentiel non daté ; XIV M 24/62, 5 W 171 (dossier d’internement). — Rouge-Midi, 10 novembre 1934. — Adrien Mouton, Notes d’un vétéran du Parti communiste français, p. 45, 105 et 181. — Note de Jean-Pierre Besse et de Jean-Marie Guillon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément