MICHAU François, Silas

Né le 13 juillet 1834 à Issoudun (Indre) ; clerc d’avoué, licencié en droit à Paris puis juge au tribunal civil de La Seine en mai 1871 ; condamné par contumace pour sa participation à La Commune de Paris, exilé volontaire en Belgique ; rentré à Paris vers 1879.

Né en 1834 d’un père, Théodore, marchand de grain à Issoudun (Place de la Croix de Pierre), François Michau quitta sa ville natale pour Paris vers 1852 pour y suivre des études de droit. Tout d’abord clerc d’avoué, il obtiendra une licence de droit et les autorités politiques de la Commune le nommeront juge au tribunal civil du département de La Seine le 16 mai 1871. Préalablement, il était un militant inscrit à l’un des clubs politiques du IIIe arrondissement, Saint-Nicolas-des-Champs, où il côtoyait Joseph Paysant.

Il avait réussi à survivre à la répression menée par les Versaillais mais était activement recherché. Le commissaire de police d’Issoudun affirma que François Michau revint dans sa ville natale vers la fin de l’année 1871 pour y rencontrer ses parents chez qui « ne se sentant pas en sécurité il n’est resté qu’un jour ou deux ». Ces derniers devant lui envoyer de l’argent, cela « permettrait à la poste de découvrir le lieu de son refuge ». Il serait allé également chez à sœur domiciliée à Bourges. François Michau passa à travers les mailles du filet et la police crut savoir qu’il était parti en Belgique avec « la femme avec qui il vivait à Paris ».
Le 30 juin 1874, toujours en fuite, il fut condamné par contumace par le 4e Conseil de guerre de la 1ère division militaire à la déportation dans une enceinte fortifiée pour « s’être immiscé sans titres dans des fonctions publiques et avoir pratiqué des intelligences avec les commandant des bandes armées ». Probablement a-t-il dû attendre les décrets d’amnistie de 1879 pour rentrer à Paris et se marier en 1900.
La dernière mention existante sur François Silas Michau fut en effet celle de son mariage à Paris avec Adélaïde Muzard le 25 octobre 1900, à la mairie du XVIe arrondissement de Paris.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article191363, notice MICHAU François, Silas, version mise en ligne le 10 avril 2017, dernière modification le 29 février 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/858. — Arch. PPo., listes de contumaces. — J.O. Commune, 16 mai. — Gazette des Tribunaux, 4 juin 1871. – Arch. Dép. Indre M 2633. – Etat civil d’Issoudun. – Notes de Jean-Luc Labbé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément