DAGORNE Antoine, Marie

Par Jean-Pierre, Jocelyne Husson

Né le 1er décembre 1912 à Persquen (Morbihan), exécuté sommairement le 11 juillet 1944 à Saint-Jean-Brévelay (Morbihan) ; gendarme ; FFI.

Antoine Dagorne
Antoine Dagorne
SOURCE  : Joseph Jégo,
1939-1945 Rage Action Tourmente
au Pays de Lanvaux

Antoine Dagorne était le fils d’Yves Dagorne et de Marie Jeanne Moroch. Il avait épousé Céline Le Masle le 19 février à Lignol (Morbihan), et le couple était domicilié à Saint-Jean-Brévelay.

Gendarme affecté à la Brigade de Saint-Jean-Brévelay (Morbihan) en juin 1942, il s’engagea dans les Forces françaises de l’intérieur (FFI) et rejoignit en juin 1944 le camp de Saint-Marcel (Morbihan). Après les combats du 18 juin 1944 à Saint-Marcel et la dispersion des combattants FFI, il revint à Saint-Jean-Brévelay. Il fut arrêté lors de la rafle du 9 juillet 1944 opérée à Saint-Jean-Brévelay par cinq à six cent soldats allemands, à la suite du meurtre de deux hommes de l’organisation Todt à Languidic (Morbihan). Les policiers du Sicherheitsdienst (SD-service de sécurité de la SS) de Locminé (Morbihan), qui disposaient d’une liste de noms, procédèrent à soixante-dix-sept arrestations. Antoine Dagorne fut incarcéré à Locminé (Morbihan) dans l’école publique qui servait de lieu de détention, d’interrogatoire et de torture.
Le 11 juillet 1944, il fut emmené avec Eugène Le Callonnec, Jean Le Gal et Louis Le Moing à la ferme de la Petite Métairie. Cette ferme avait servi de dépôt d’armes et de refuge pour des parachutistes SAS ; le fermier Ambroise Gillet avait été exécuté le 29 juin 1944 au Cosquer en Plaudren. La ferme fut pillée et incendiée. Antoine Dagorne fut précipité dans le brasier avec Jean Le Gal.

L’acte de décès numéro 20 dressé en mairie de Saint-Jean-Brévelay le 13 juillet 1944, déclare la découverte le 13 juillet 1944 dans les décombres d’une ferme incendiée par les Allemands à la Petite-Métairie, du cadavre d’un homme carbonisé qui n’a pu être identifié. À l’issue d’une enquête effectuée par la Gendarmerie, ce corps a été reconnu comme étant celui d’Antoine Dagorne. Un jugement du tribunal civil de Ploërmel, rendu le 21 décembre 1944 et transcrit en mairie de Saint-Jean-de-Brévelay le 28 février 1945, a ordonné la rectification de l’acte de décès qu’Antoine Dagorne a été fusillé par les Allemands le le 11 juillet 1944.
Il est inhumé dans le cimetière de Lignol (Morbihan).

Antoine Dagorne a obtenu la mention « Mort pour la France » et a été homologué FFI. Le titre d’Interné-résistant lui a été attribué ainsi que La Médaille de la Résistance par décret du 23 février 1959 publié au JO du 7 mars 1959. Il est titulaire de la Croix de Guerre 1939-1945 avec étoile d’argent et de la Médaille militaire à titre posthume.

Dans le Morbihan, à Saint-Jean-Brévelay où son nom a été donné à la brigade de Gendarmerie, Antoine Dagorne figure sur la stèle érigée au village de la Petite Métairie, et sur le monument de la Résistance qui se dresse à l’entrée du cimetière communal.
Il est gravé aussi sur la plaque « Guerre 1939-1945 » du monument aux morts de Lignol.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article195673, notice DAGORNE Antoine, Marie par Jean-Pierre, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 28 septembre 2017, dernière modification le 22 août 2019.

Par Jean-Pierre, Jocelyne Husson

Antoine Dagorne
Antoine Dagorne
SOURCE  : Joseph Jégo,
1939-1945 Rage Action Tourmente
au Pays de Lanvaux
Dans le cimetière de Lignol
Dans le cimetière de Lignol
Sur la stèle de la Petite-Métairie</br> en Saint-Jean-Brévelay
Sur la stèle de la Petite-Métairie
en Saint-Jean-Brévelay
À l'entrée du cimetière de Saint-Jean-Brévelay
À l’entrée du cimetière de Saint-Jean-Brévelay
La caserne Dagorne à Saint-Jean-Brévelay
La caserne Dagorne à Saint-Jean-Brévelay
SOURCE :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 111 438. — SHD, Vincennes, GR 16 P 154313. — Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Joseph Floch imprimeur éditeur à Mayenne, 1978. — Joseph Jégo, 1939-1945 Rage Action Tourmente au Pays de Lanvaux (photo), Imprimerie La Limitrophe, 1991. — René Le Guénic, Morbihan, Mémorial de la Résistance, Imprimerie de Basse-Bretagne, Quéven, 2013. — Site Les services de l’État dans le Morbihan - Portraits de gendarmes résistants (photo). — Mémorial GenWeb. — " Lieux mémoriels en Morbihan-Saint-Jean-Brévelay ", dossier en ligne sur le site Internet Les Amis de la Résistance du Morbihan, ANACR-56. — État civil, Persquen (acte de naissance ; Saint-Jean-Brévelay (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément