ARGAUD Louis, Claudius

Par Jacques Girault, Julien Veyret

Né le 11 juillet 1917 à Lyon (IVe arr.) (Rhône), mort le 30 janvier 1977 à Poissy (Yvelines) ; directeur du lycée technique de Versailles (Seine-et-Oise/Yvelines) ; militant du SNET.

Louis Argaud, élève de l’École normale supérieure de l’Enseignement technique en 1937-1939, section A2 (chimie-biologie), se maria avec une élève de la même promotion, Suzanne Gourbeillon. Ils eurent trois enfants.

Il fut tour à tour surveillant général à l’École nationale professionnelle de Saint-Etienne (Loire) en 1950, sous-directeur puis directeur d’études du collège technique de Grenoble (Isère). Il fut nommé directeur de l’école hôtelière Savoie-Léman de Thonon (Haute-Savoie) à la rentrée de 1955. En octobre 1957, malade, il dut séjourner au sanatorium de Saint-Jean d’Aulph (Haute-Savoie) géré par la Mutuelle générale de l’éducation nationale. Il reprit son service en avril 1958.

Membre du bureau de la section régionale du Syndicat national de l’enseignement technique en 1949, Louis Argaud était membre titulaire de la commission administrative nationale, élu sur la liste autonome de 1950 à 1956, puis membre suppléant en 1957. Il signa l’appel à voter pour la liste "autonome" les deux années suivantes.

Louis Argaud obtint sa mutation pour le lycée technique de Vitry (Seine) en octobre 1958 puis la direction du lycée moderne et technique Jules Ferry de Versailles (Seine-et-Oise) à partir d’octobre 1963. Le lycée et son équipe d’enseignants créèrent des classes de techniciens supérieurs avant leur légalisation par la loi sur l’enseignement technique promulguée le 16 juillet 1971. Argaud put obtenir des crédits pour moderniser et agrandir son établissement devenu prototype. Il s’attacha "à maintenir, à élargir et renforcer les contacts avec le milieu industriel de la région" (A. Lazo) avec la participation des professeurs. Notamment, ami de Jean Bertin, l’inventeur de l’aérotrain, tout en conservant ses fonctions directoriales, il fut à partir de 1971 désigné comme conseiller de Raymond Vatier, délégué à l’orientation et à la formation continue auprès du ministre.

Au début de 1968 puis en 1970, malade, il avait dû interrompre pendant quelques mois son service puis cessa ses fonctions en juin 1972 pour raison de santé. Habitant Cernay-le-Ville (Yvelines), son décès dans un accident de la circulation fut annoncé à l’association des anciens élèves en avril 1977.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article201660, notice ARGAUD Louis, Claudius par Jacques Girault, Julien Veyret, version mise en ligne le 12 avril 2018, dernière modification le 22 septembre 2021.

Par Jacques Girault, Julien Veyret

SOURCES : Archives IRHSES (SNET, élections, Le Travailleur de l’enseignement technique). — Renseignements fournis par Madame Bauval, Jean-Pierre Dubray, président de l’amicale des anciens élèves, Albert Lazo, Claude Mazar,

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément