LIGUTTI Florent [pseudonyme dans la résistance : Latruy]

Par Eric Panthou, Antonio Bechelloni

Né le 14 juillet 1922 à Trivignano-Udinese (Italie), mort accidentellement en service le 1er septembre 1944 à Jumeaux (Puy-de-Dôme) ; mineur ; résistant au sein des Mouvements Unis de la Résistance (MUR) puis des Francs-tireurs et partisans (FTP).

Florent Ligutti est issu d’une famille de trois frères dont le père Jean était mineur.
Partie d’Italie, la famille s’était d’abord installée en Meurthe-et-Moselle, puis, suite à la défaite de juin 1940, la famille vint s’installer dans le bassin minier de Jumeaux, à l’image de nombreuses familles venues de ces régions de mineurs.
Son frère aîné travailla à la mine et fut chargé de famille car le père était décédé, sa mère, Régina, née Mattuizi, restant seule. Florent lui-même travailla comme mineur de fond à la Combelle. Puis il dut partir aux chantiers de jeunesse à Murat (Cantal) du 2 juillet 1942 au 24 février 1943. Puis il reprit son travail à la mine jusqu’à son départ pour rejoindre la résistance le 7 juin 1944.
Sa durée de services homologués va du 15 juin 1944 au 15 juillet ou 15 août 1944.
Il a d’abord servi au camp de Saint-Genès-Champespe du 7 au 14 juin, camp des Mouvements unis de la Résistance (MUR), sous le commandement de Bapt, colonel Noli. Le camp ayant été attaqué et dissout le 14 juin, Ligutti revint chez lui et rejoignit immédiatement les FTP au sein du 105ème Bataillon FTP du 15 juin au 15 août, sous la direction du lieutenant Pierre Montel, alias Anatole, responsable du secteur de Jumeaux qui l’incorpore dans sa section "Bois des Rois", avec 25 hommes. Le 13 août, le groupe force un convoi allemand de six camions à rebrousser chemin à Brassac-les-Mines.
Enfin, d’un commun accord, les hommes rejoignent les MUR au sein du 4éme Bataillon d’Auvergne sous les ordres du commandant Buret dit René. Ligutti y servit du 16 au 26 août 1944. Le camp était stationné à la Reinerie. Ligutti y arriva le 18 et il participa à la préparation et aux combats pour la libération d’Issoire qui eurent lieu les 24 et 25 août 1944.
Il a continué à servir dans sa formation après la Libération du Puy-de-Dôme fin août et il s’est tué accidentellement en service le 1er septembre 1944 à Jumeaux, au sud du département. Il était en train de nettoyer son arme après un exercice de groupe. Ce secteur de Jumeaux a connu des combats importants les jours précédents entre troupes allemandes se repliant vers le nord et maquis, en particulier FTP.

Il a été reconnu “Mort pour la France”, homologué FFI.
Son nom figure sur monument aux Morts de Jumeaux et sur monument commémoratif de Jumeaux.
Une partie de sa famille vit encore à Jumeaux.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article209308, notice LIGUTTI Florent [pseudonyme dans la résistance : Latruy] par Eric Panthou, Antonio Bechelloni, version mise en ligne le 4 décembre 2018, dernière modification le 26 avril 2021.

Par Eric Panthou, Antonio Bechelloni

Sources : Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 496 : liste des fusillés, des massacrés dans la région du Puy-de-Dôme, 1er mars 1945 .— SHD Vincennes, dossier 19 P 63/8 : liste des membres du 105e Bataillon FTPF .— AVCC, dossier de militaire décédés pendant la Seconde guerre mondiale. Dossier de Florent Ligutti : AC 21 P 76730 (non consulté) .— SHD Vincennes, dossier de résistant de Florent Ligutti : GR 16 P 372916 .— "Les martyrs de la Résistance honorés", La Montagne, édition Issoire, 20 juin 2015 .— MémorialGenweb .— Mémoire des Hommes .— Communication téléphonique avec M. Ligutti, à Issoire (Puy-de-Dôme), le 6 décembre 2016.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément