GARNIER Marie-Rose, Thérèse, Joséphine

Par Jean-Luc Marquer

Née le 10 janvier 1942 à Siévoz (Isère), morte le 10 août 1944 à Siévoz d’une blessure provoquée par un éclat d’obus reçu le 9 août 1944 ; victime civile

Marie-Rose,Thérèse, Joséphine Garnier était la fille de Moïse, Cyrille, Samuel et de Marie, Louise Garnier, son épouse. C’était la dernière née de trois enfants.
Les Garnier étaient cultivateurs et habitaient Bas-Siévoz.
Le 9 août 1944, des troupes allemandes se dirigeant sur Valbonnais par la route nationale 526 (aujourd’hui D 526) essuyèrent une vive fusillade aux abords du village de Malbuisson (Isère). Elles s’arrêtèrent dans cette localité et croyant, à tort, que des groupes de maquisards se trouvaient de l’autre côté de la rivière "La Bonne", tirèrent plusieurs obus de mortier sur le village de Siévoz (Isère), distant de 1500 m environ.
Vers 18 heures, un de ces projectiles tomba dans la cour de la maison de la famille Garnier et un des éclats blessa grièvement au ventre Marie-Rose Garnier.
Toute circulation ayant été interdite par des troupes allemandes venues occuper Siévoz, elle ne put recevoir aucun des soins que nécessitait sa blessure et elle mourut le lendemain.
Marie-Rose Garnier obtint la mention "Morte pour la France" par décision du 6 mars 1945.
Son nom figure sur le monument aux morts de Siévoz.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article220362, notice GARNIER Marie-Rose, Thérèse, Joséphine par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 16 novembre 2019, dernière modification le 2 décembre 2022.

Par Jean-Luc Marquer

SOURCES : Arch. dép. Rhône, Mémorial de l’Oppression : 3808W 416 et 636 — Geneanet — État civil

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément