FRÉOUR Paul, Auguste, Pierre

Par Geay Bernard

Né le 12 juin 1936 à Nantes (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), mort le 23 mai 2011 à Saint-Herblain (Loire-Atlantique) ; agent des PTT ; militant CFTC puis CFDT aux PTT, secrétaire départemental en Loire-Atlantique (1968-1970) puis secrétaire régional en Pays de la Loire de la CFDT PTT, membre du bureau de l’Union régionale interprofessionnelle CFDT des Pays de la Loire (1976-1981).

Paul Fréour en 1990
Paul Fréour en 1990

Son père, également prénommé Paul (1907 – 1980), fut charretier puis chauffeur aux Transports Drouin à Nantes. Sa mère, Eléonore Bertrel (1914 - 1960) était mère au foyer. La famille comptait trois garçons dont Paul était l’aîné. Elle était catholique pratiquante et habitait le quartier Sainte-Anne à Nantes.

Paul Fréour fréquenta l’école primaire privée puis le collège et alla jusqu’au brevet d’études du premier cycle (BEPC) qu’il obtint à l’âge de seize ans. En 1952, il arrêta sa scolarité pour commencer à travailler comme manutentionnaire au centre de tri postal de Nantes Gare. Il partit au service militaire en 1956 et fut affecté à Rabat (Maroc). Après deux ans passés sous les drapeaux, il réintégra les PTT où il poursuivit sa carrière au centre de tri jusqu’à devenir contrôleur divisionnaire.

Au retour de l’armée, Paul Fréour se syndiqua à la CFTC qui devint CFDT en 1964. Assez rapidement, il prit des responsabilités militantes, d’abord comme secrétaire de section syndicale au centre de tri de Nantes Gare. En novembre 1964, il fut élu secrétaire-adjoint du syndicat départemental de la CFDT PTT puis, à partir de janvier 1968, secrétaire départemental. En 1968, la grève fut massive aux PTT dès le 20 mai et se termina au cours de la première semaine de juin après des négociations de niveau national dans le secteur public se traduisant par des augmentations salariales.

En 1970, Paul Fréour devint secrétaire régional de la CFDT PTT des Pays de la Loire. A ce titre, il siégea au bureau de la Fédération CFDT des PTT ; Jo Bertho lui succédant au secrétariat départemental. Après un accord signé, en octobre 1969, par la CFDT dans la Fonction publique et contesté par plusieurs fédérations, dont celle des PTT, il intervint au 38e congrès confédéral du 6 au 10 juin 1970 à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) en ces termes : « … nous demandons à la Confédération d’élaborer une vraie politique contractuelle valable pour toute l’organisation. Les travailleurs ne peuvent qu’y gagner et nous serions débarrassés de contradictions trop pénibles … ».

Paul Fréour vécut en tant que responsable régional CFDT la longue grève des PTT de l’automne 1974 qui dura près de six semaines. Démarré dans les centres de tri postaux sur plusieurs revendications (les salaires, la titularisation des auxiliaires, le maintien de l’unicité entre Poste et Télécoms..), le conflit se termina en demi-teinte. L’histoire a retenu la phrase du ministre des PTT, Marcel Lelong, qui énerva les postiers en qualifiant d’ « idiot » le travail dans les centres de tri. En novembre 1976, au congrès régional de Saint-Jean-de-Monts, Paul Fréour fut élu au conseil de l’Union régionale interprofessionnelle (URI) CFDT des Pays de la Loire. A partir de cette date, il siégea également au bureau de l’URI, avec fonction de trésorier régional, jusqu’en novembre 1981.

Ayant été élu conseiller municipal en 1983, il choisit de mettre fin à ses mandats syndicaux et réintégra les PTT aux Télécoms. Il fut alors détaché à temps plein pour assumer la responsabilité d’administrateur de la Mutuelle générale MG PTT, dont il fut trésorier de la section départementale. Il resta dans cette fonction jusqu’à sa retraite en 1996.

Paul Fréour était adhérent au Parti socialiste (PS). Candidat sur la liste de gauche aux élections municipales à Vigneux-de-Bretagne (Loire-Atlantique) en 1983, il fut élu conseiller municipal de l’opposition.

Il s’était marié le 20 mars 1959 avec Denise Plissonneau, née le 8 janvier 1937 à Sainte-Anne-sur-Brivet (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), institutrice puis directrice d’école. Le couple eut deux enfants : un garçon et une fille. Son épouse fut élue conseillère municipale d’Orvault (Loire-Atlantique), où le couple habitait en 1977, sur la liste du maire PS Maurice Poujade.

Paul Fréour décéda brutalement en mai 2011 et eut des obsèques civiles au crématorium de Nantes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article240640, notice FRÉOUR Paul, Auguste, Pierre par Geay Bernard, version mise en ligne le 30 mai 2021, dernière modification le 29 mai 2021.

Par Geay Bernard

Paul Fréour en 1990
Paul Fréour en 1990

SOURCES :
Arch. CFDT-PTT de Loire-Atlantique, Centre d’histoire du travail de Nantes. — Entretiens téléphoniques avec Laurent Fréour, fils de Paul Fréour, avril 2021.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément