TRINEL Lucien, Alphonse, Léonard

Par Philippe Lecler

Né le 26 février 1920 à Beuvry (Pas-de-Calais), fusillé le 23 mars 1944 à Loos (Pas-de-Calais)  ; mineur  ; militant communiste ; résistant FTP.

Militant communiste entré dans le mouvement FTP en juin 1942 dans le secteur minier de Beuvry et Labourse (Pas-de-Calais), Lucien Trinel diffusait des tracts clandestins et des journaux patriotiques, organisait la solidarité pour les camarades internés, les femmes et les enfants de déportés. Le 6 mars 1944, des agents de la police française se sont présentés à son domicile, à Labourse, l’invitant à les suivre au commissariat de police de Beuvry. En cours de route, il tenta de s’évader. Il semble qu’il fut détenu une dizaine de jours à la prison d’Arras avant d’être transféré à Loos.

Selon le témoignage d’Henri Coupaye, Lucien Trinel fut présenté le 22 mars 1944 dans la nuit dans un local de la prison où siégeait une cour martiale de la Milice française composée de trois «  juges  » miliciens et présidée par Jocelyn Maret (chef régional de la Milice, promu depuis fin 1943 sous-directeur de l’administration pénitentiaire après le rattachement de cette administration au secrétariat général au Maintien de l’Ordre). Le matin à l’aube, la sentence fut prononcée. Lucien Trinel était condamné à mort. Notons qu’à la même audience de la cour martiale comparurent deux autres prévenus, résistants de l’OCM, Henri Coupaye et Henri Capron. Ce dernier fut lui aussi condamné à mort.

Lucien Trinel fut fusillé le 23 mars 1944 au matin à Loos par un peloton de GMR. Son nom figure sur le monument commémoratif 1939-1945 de Beuvry.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article243902, notice TRINEL Lucien, Alphonse, Léonard par Philippe Lecler, version mise en ligne le 21 novembre 2021, dernière modification le 21 novembre 2021.

Par Philippe Lecler

SOURCES  : DAVCC, Caen, dossiers d’Henri Capron, d’Henri Coupaye et de Lucien Trinel. — Site Internet Mémorial GenWeb. — Site Internet Mémoire des Hommes. — J. M. Fossier, Zone Interdite Nord-Pas-de-Calais, FNDIRP, 1977.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément