ROBERTSON Jules, Parfait, Côme, Eugène

Par Michel Thébault

Né le 8 novembre 1913 à Hinges (Pas-de-Calais), mort en action le 2 septembre 1944 à Gosnay (Pas-de-Calais) ; accrocheur aux mines de Bruay ; résistant FTPF.

Jules Robertson était le fils de Jean-Baptiste Robertson âgé de 29 ans, garçon meunier et d’Hélène, Gertrude Roussel âgée de 25 ans, domiciliés rue Neuve à Hinges. Il se maria le 8 juin 1935 à Gosnay avec Paulette Taverne. En 1944, il exerçait à Gosnay, à proximité de Bruay-en-Artois, le métier d’accrocheur (ouvrier procédant aux tâches de manutention de chargement et de déchargement), employé par la Compagnie des Mines de Bruay.

Il rejoignit la Résistance au sein des Francs-tireurs et partisans français (FTPF) et intégra le groupe FTPF du secteur Annezin-les-Béthune. Le 1er septembre 1944, alors que les troupes allemandes accéléraient leur retraite, les différents mouvements de résistance de Gosnay se mirent d’accord pour lancer un mot d’ordre de soulèvement général. Aussitôt, dans toute la ville, la Résistance s’attaqua aux différents objectifs désignés et aux convois allemands qui repartaient vers la Belgique. C’est dans ce contexte que Jules Robertson fut tué au combat le 2 septembre 1944. Bruay-en-Artois fut libérée le 4 septembre 1944 dans la matinée par la 7ème D.B. de l’armée britannique du général Montgomery.

Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué FFI. Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Gosnay et à La Buissière (aujourd’hui Bruay-La-Buissière) sur la plaque commémorative 1939-1945 de la Compagnie des Mines de Bruay.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article245851, notice ROBERTSON Jules, Parfait, Côme, Eugène par Michel Thébault, version mise en ligne le 23 février 2022, dernière modification le 23 février 2022.

Par Michel Thébault

SOURCES : SHD Vincennes GR 16 P 514680 et SHD Caen AVCC Cote AC 21 P 143992 (nc). — Mémoire des Hommes, dossiers d’homologation des formations FFI, groupe FTPF GR 19 P 62/2. — site internet AJPN Gosnay en 1939 – 1945. — Mémoire des Hommes. — Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément