ESSELIN Eugène

Par Pierre Schill

Né le 2 janvier 1890 à Trouville (Meurthe-et-Moselle), mort le 24 novembre 1974 à Sarrebourg (Moselle) ; ouvrier puis chef d’équipe aux PTT ; militant du Parti socialiste SFIO et du syndicat des Postiers-CGT.

Eugène Esselin dans les années 1960
Eugène Esselin dans les années 1960
Collection Lydie Esselin

Après l’école primaire, Eugène Esselin poursuivit des études secondaires et souhaita rentrer à la Poste ou dans la police. Il travailla finalement au service téléphonique de la poste où il débuta à Thionville (Moselle) comme ouvrier dans une équipe chargée de poser les lignes téléphoniques. Il fut ensuite muté à Dieuze (Moselle) et suite à un stage devint chef d’équipe. Nommé à Sarrebourg au milieu des années 1920, il ne quitta plus la sous-préfecture du sud-mosellan.

Il fut mobilisé dans l’armée française pendant la Première Guerre mondiale.

Eugène Esselin se présenta aux élections municipales des 5 et 12 mai 1929 dans la commune de Sarrebourg, obtenant au premier tour 395 voix sur 1 216 suffrages exprimés pour 1 243 votants sur 1 530 électeurs inscrits. Il ne fut pas élu au second tour.

Eugène Esselin se représenta aux élections municipales de mai 1935 sur une liste de gauche et fut à nouveau battu.
Il fut candidat aux élections législatives des 1er et 8 mai 1932 dans la circonscription de Sarrebourg recueillant, au premier et unique tour de scrutin, 419 voix sur 12 274 suffrages exprimés pour 12 774 votants et 15 441 électeurs inscrits. Il arrivait en dernière position loin derrière le député sortant Émile Peter (Alliance démocratique, droite) dont le score dépassait les dix mille voix. Le cheminot communiste Joseph Herrgott obtint quant à lui 1 606 voix.

En 1934, Eugène Esselin était l’un des dirigeants de la section de Sarrebourg du syndicat des Postiers-CGT.

Après l’annexion de la Moselle par l’Allemagne nazie, il fut expulsé avec sa famille et des milliers d’autres mosellans vers Lyon (Rhône). Eugène Esselin retrouva un emploi aux PTT de Lyon où la famille resta installée pendant près de cinq ans. D’après sa fille il aurait participé à la Résistance en sabotant certaines des lignes téléphoniques qu’il était chargé de poser.

Eugène Esselin s’était marié le 20 novembre 1920 à Lorry-Mardigny (Moselle) avec Marie née Laugustin ; deux enfants naquirent de cette union.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article24690, notice ESSELIN Eugène par Pierre Schill, version mise en ligne le 9 janvier 2013, dernière modification le 9 janvier 2013.

Par Pierre Schill

Eugène Esselin dans les années 1960
Eugène Esselin dans les années 1960
Collection Lydie Esselin

SOURCES : Arch. Dép. Moselle, 303 M 56 et 150, 310 M 95. – Arch. Mun. Sarrebourg (Moselle) : renseignements fournis par Christiane Gabriel, Jean-David Gisar et Astride Tissinie. — L’Écho de la Sarre, 7 mai 1929 et 14 mai 1935. — Gérard Diwo, Le communisme en Moselle (1925-1932) à travers les élections législatives d’avril 1928 et de mai 1932, mémoire de maîtrise d’histoire sous la direction d’Alfred Wahl, Université de Metz, 1983. — Renseignements fournis par Lydie Esselin, sa fille. — État civil de la commune de Trouville-sur-Mer (Calvados).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément